mercredi 12 mai 2021

Pastels

« Payse », nom de plume de
Gabrielle Saint-Pierre-Dugal (1884-1965)



                                                          
                                              À l'artiste...


        Clair de lune

   Bleu de rêve et d'azur aux teintes argentées,
                  Le clair de lune luit.
   En vagues de lapis et d'opales teintées
                  L'onde brille et frémit
   Sous le tendre baiser de l'astre qui pâlit.

   Au lointain horizon des colline bleutées
                  Le ciel sombre s'unit.
   Voguant, mystérieuse, aux rives enchantées,
                  Ta haute voile fuit,
   Ô barque de saphir, toi, l'âme de la nuit !

        Crépuscule

   Pourpre, mauve, orangé, dans une apothéose
                   Au fond du ciel s'étend
                   ― Tel une immense rose ! ―
                   Le soleil qui descend.

                   D'ombre fraîche couverte,
   La rivière en splendeur, comme un serpent doré,
                   Entre deux rives vertes
                   Glisse un flot empourpré. 

                   Et le poète rêve : 
   Sur la route qui fuit, toute blanche, au lointain,
                   Le bonheur que, sans trêve,
                   Poursuit le cœur humain
   ― L'éternel chemineau ! ―  paraîtra-t-il soudain,
                   En lui tendant la main ?

                                            Payse (1927)



Tiré de : revue Le Canada français, Québec, octobre 1927. 

* Pour en savoir plus sur « Payse », nom de plume de Gabrielle Saint-Pierre-Dugal, voyez la notice biographique et les documents sous son poème Sur le lac

De Gabrielle Saint-Pierre-Dugal, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : Heureuse solitude et Poème d'or.

Gabrielle Saint-Pierre en 1903 avec Louis-Joseph
Dugal, qu'elle épousera en 1906.

(Photo : courtoisie Bernard Dionne)

Le poème Pastels, ci-haut, de « Payse »,
est tiré du numéro d'octobre 1927 de la
revue Le Canada français.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)

Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

dimanche 9 mai 2021

L'épidémie du vaccin à Québec

Gravure de John Henry Walker, 1885. 

(Source : Musée McCord)




                  (AUTOMNE 1901)


   Québec était dispos. Jamais les maladies
   N'avaient tant respecté les fragiles mortels !
   Roux et Pasteur dormaient au fond des pharmacies
   Comme d'heureux pochards aux buvettes d'hôtel...

   Les « pointes » de Gauvreau* ne seraient plus, il semble,
   Qu'inutiles objets dont la mode a passé,
   Qu'un collectionneur étiquète et rassemble,
   Et qu'on lorgne, distrait, lorsqu'on n'est pas pressé.

   Mais ce sommeil émut la gente médicale,
   Et doctes médecins, pimpants, cirés, gantés,
   Décrétèrent ―c'était mesure radicale― 
   Que tous les citadins étaient des picotés

   Or, de picote alors pas un grain dans la ville !
   « ―Ah bah ! nous l'y mettrons ! Jouons notre va-tout ! »
   Et les voilà, lancette en main, tous à la file,
   Dans l'hôpital, au club, sur les chemins, partout !

   « ―À l'œuvre ! Vaccinons au nom de l'hygiène ! »
   On fit beaucoup d'argent... et point de guérisons !
   Tout marchait à souhait depuis une semaine,
   Quand le ciel s'assombrit, soudain, à l'horizon...

   ―Les gens n'aiment pas ça, voyez-vous, qu'on les saigne
   Pour renfler son gousset ou se faire du nom...
   Au lieu d'infolios le bon sens les enseigne : 
   En vain Turcot** dit oui, quand le bon sens dit non !― 

   Or donc, si par Laurent on s'était laissé prendre,
   Par malheur le vaccin « prit » trop bien, paraît-il ;
   Les vaccinés, mourants, finirent par comprendre
   Qu'on les empoisonnait, de par décret civil !

   Le nuage où grondait une juste colère,
   Dans les esprits montés creva comme un abcès,
   Et les convalescents, furieux, réclamèrent
   Leur liberté de vivre... à grands coups de procès !

   Alors les vaccineux, guéris de leur marotte,
   Fermèrent, pris de peur, lancette et magasin...
   Ils avaient sur placards écrit le mot : Picotte,
   Un loustic ajouta : Résultat du vaccin ! 

                                   Arthur Lacasse (1901)



Tiré de : Arthur Lacasse, Heures solitaires, Québec, 1916, p. 150-152. 

* Il s'agit du Dr Gauvreau, directeur-propriétaire de l'Institut vaccinogène de Québec. Voir L'Électeur du 23 octobre 1894, p. 4, et Le Soleil du 8 novembre 1901, p. 1. 

** Il s'agit de l'échevin (conseiller municipal) Turcot, du siège no 1 de la Ville de Québec, qui chercha durant plusieurs années à imposer la vaccination obligatoire. Voir The Quebec Chronicle du 23 mars 1899, p. 1, et Le Courrier du Canada du 23 mars 1899, p. 3.

   Arthur Lacasse est né le 7 octobre 1869 à Saint-Anselme. Ordonné prêtre le 20 mai 1894 dans sa paroisse natale. Il a été, successivement, vicaire à Saint-Michel-de-Bellechasse, au Château-Richer, à Saint-Joseph-de-Beauce, à Saint-Augustin-de-Desmaures, puis curé de Honfleur, de Saint-Tite-des-Caps, de Saint-Apollinaire et de Saint-Henri-de-Lévis
 Féru de littérature et des arts, il a publié quatre recueils de poésies : Heures solitaires (1916), L'envol des heures (1919) et Les heures sereines (1927). Le défilé des heures, paru en 1938, contient plusieurs pièces parues dans les trois recueils précédents, de même que certains poèmes inédits.
   Arthur Lacasse est mort à Saint-Henri-de-Lévis le 15 juin 1956. 

D'Arthur Lacasse, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : À la mémoire de Pamphile Le May et Paysage nocturne.

Arthur Lacasse (1869-1956)

(Source : son recueil Le défilé des heures)

Heures solitaires, recueil d'Arthur Lacasse
d'où est tiré le poème L'épidémie du vaccin
à Québec
, ci-haut. Devenu très rare, on peut
trouver ICI trois exemplaires de ce recueil.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Dédicace d'Arthur Lacasse dans son recueil Le défilé des heures.

(Collection Daniel Laprès ; cliquer sur l'image pour l'agrandir)


L'abbé Arthur Lacasse ne faisait pas que des rimes 
badines ou de circonstance comme dans le poème
présenté ci-haut. Il produisit de nombreux poèmes
dont la profondeur et la beauté savaient émouvoir.
Quelques jours avant sa mort à Rome, le 9 juillet 
1930, Henri d'Arles (né Beaudet), prêtre, historien,
critique littéraire et premier critique d'art au Québec,
 écrivit une très belle lettre dans laquelle il fit part de 
sa haute estime pour la poésie d'Arthur Lacasse. 
Pour lire cette lettre, cliquer sur 
la photo d'Henri d'Arles : 


Arthur Lacasse, alors qu'il était élève
au Petit séminaire de Québec.

(Source : Musée de la civilisation du Québec ; 
fonds d'archives du Séminaire de Québec)

Arthur Lacasse le 6 juillet 1941.
Fragment d'une photo de groupe.

(Source : Musée de la civilisation du Québec ; 
fonds d'archives du Séminaire de Québec)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

jeudi 6 mai 2021

Au Richelieu

La rivière Richelieu et une partie du mont Saint-Hilaire.

(Source : Wikipedia)




   Fleuve aux charmes puissants, où notre nef rapide
                              A glissé,
   Mon cœur ému, ravi, sur ton onde limpide
                              S'est bercé !

   Mon œil a vu pencher d'odorantes ramures
                              Sur tes eaux ;
   Un frisson parcourut, à tes joyeux murmures, 
                              Tous mes os. 

   J'ai vu tes bords riants, j'ai vu tes blondes rives
                              Et leurs fleurs,
   Et les zéphyrs portant sur leurs ailes hâtives
                              Mes douleurs.

   J'ai vu ton sein d'azur sous des barques heureuses
                              S'entrouvrir, 
   J'ai vu tes verts bosquets sous des chansons nombreuses
                              Retentir.

   J'ai contemplé longtemps ton écume légère,
                              Blanc manteau
   Qui semblait te voiler comme le blanc suaire
                              D'un tombeau.

   Fleuve aux paisibles flots, aux caressantes lames,
                              Mon cœur las
   De l'amour, de l'ivresse a humé les dictames
                              Dans tes bras !

   Avec une fillette, emporté sur tes vagues
                              Bien souvent 
   Je m'enfuyais au loin, écoutant tes bruits vagues
                              En rêvant.

   Et, la main dans la main, oubliant jusqu'au monde,
                              On parlait ;
   De notre âme un bonheur profond comme ton onde
                              S'écoulait.

   Nous regardions la brise aux ailes d'émeraude
                              S'amuser ;
   Nous trempions dans ton sein notre lèvre encor chaude
                              D'un baiser.

   Et puis, grisés d'amour, enivrés d'allégresse
                              Et d'espoir,
   Nous te quittions tous deux quand monte l'ombre épaisse
                              Au ciel noir.

   Fleuve où l'on aimait tant, dans notre nef rapide,
                              À glisser,
   Puisses-tu nous revoir sur ton onde limpide
                              Nous bercer !...

                                      Rodolphe Chevrier (1887)



Tiré de : Rodolphe Chevrier, Tendres choses, Montréal, J. P. Bédard Imprimeur-Éditeur, 1892, p. 43-47.

*  Louis Gustave Rodolphe Chevrier est né à Ottawa le 5 août 1868, de Joseph Alphonse Chevrier et de Marie Fairbanks. Il fit ses études primaires à Ottawa, chez les Frères des Écoles chrétiennes, puis ses études secondaires au Collège Bourget de Rigaud. À partir de 1886, il étudia la médecine à l'Université Laval de Montréal, dont il obtint le diplôme en juin 1890. À l'automne de la même année, il partit pour Paris afin de compléter ses études médicales à Paris, où il fut élu membre de la Société obstétrique et gynécologique de Paris. Il profita de ce séjour pour visiter la France, l'Angleterre et la Suisse. Il expédia alors des lettres de voyages dans divers journaux du Québec. 
   Actif dans la vie littéraire, il collabora à divers journaux et périodiques, dont Le Monde illustré ; Le Glaneur Le Nord ; La Fortune (journal littéraire) ; Le Canada. En 1892, il publia Tendres choses, son unique recueil contenant des poésies composées pour la plupart durant ses années comme pensionnaire au Collège Bourget de Rigaud et ses études de médecine à Montréal, de même que durant son séjour européen.
   Il s'impliqua aussi dans divers mouvements politiques, sociaux et patriotiques. Il fut notamment membre de la Commission des pensions militaires et de la Commission du district fédéral. En 1892, il devint échevin de la ville d'Ottawa.
   Il débuta sa carrière médicale en 1891, comme gynécologiste à l'Hôpital général d'Ottawa, dont il présida le conseil médical et fut le chirurgien-chef. De 1932 à 1949, il devint le premier directeur médical de l'Hôpital Saint-Vincent d'Ottawa pour incurables.
   Rodolphe Chevrier est mort à Ottawa le 11 février 1949. Il avait épousé Joséphine Bell le 11 octobre 1892, à la paroisse Notre-Dame de Montréal
(Sources : Jules FournierAnthologie des poètes canadiens, Montréal, 1920, p. 132 ; John Hare, Anthologie de la poésie québécoise du XIXe siècle (1790-1890), Montréal, éditions Hurtubise HMH, 1979, p. 399 ; journal Le Monde illustré, 7 mai 1892, p. 3 ; Biographies canadiennes-française, édition de 1923, Montréal, p. 301 ; Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, tome 1, Montréal, éditions Fides, 1981, p. 695).

De Rodolphe Chevrier, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : Rêverie et Vous souvient-il ? 

Rodolphe Chevrier (1868-1949)

(Source : son recueil 
Tendres choses, 1892)

Tendres choses, recueil de Rodolphe Chevrier
d'où est tiré le poème Au Richelieu, ci-haut.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Dans le numéro du 10 juillet 1892 de la  revue littéraire Le Glaneur, publiée à Lévis
 par Pierre-Georges Roy, l'écrivain et membre de l'École littéraire de Montréal,
Germain Beaulieu a publié ce portrait de Rodolphe Chevrier, à l'occasion de
la sortie de son recueil de poésies Tendres choses.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Dans le journal Le Monde illustré du 7 mai 1892, le journaliste et poète
Amédée Denault, sous son nom de plume de Jules Saint-Elme, publia
cet hommage à Rodolphe Chevrier et à son recueil Tendres choses.

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Rodolphe Chevrier en 1923.

(Source : Biographies canadiennes-
françaises
, Montréal, 1923, p. 301)

Dans sa fort bien faite Anthologie de la poésie
québécoise du XIXe siècle
, parue en 1979,
John Hare a fait une place à quelques poèmes
 de Rodolphe Chevrier.

(Cliquer sur l'image

pour l'agrandir)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

lundi 3 mai 2021

Mai

Éclaircie à Beaupré (1903), par Clarence Gagnon (1881-1942)

(Source : Madeleine Landry, Beaupré (1896-1904), lieu d'inspiration
d'une peinture identitaire
, Québec, Septention, 2014).




   Sur le fleuve ruisselle une lumière chaude
   Et l'immuable azur sourit au flot mouvant.
   Le feuillage tressaille aux caresses du vent.
   Où le givre brillait rayonne l'émeraude.

   Le vallon redevient un coin du paradis.
   Tout scintille, tout chante et tout s'idéalise,
   Et le merle, amoureux, nuit et jour vocalise
   Sous le dais ondoyant des bosquets reverdis.

   La ramure se lustre et la vague s'irise. 
   L'air est lourd du parfum capiteux des lilas.
   Du ruisseau, que figeaient glace, neige et verglas,
   Des trils d'harmonica s'envolent dans la brise.

   Le Nord laurentien luit comme le Midi ;
   Nos eaux ont tout l'éclat des miroirs de Venise,
   Et les palais flottants, que heurta la banquise,
   Reviennent sillonner leur cristal attiédi.

   Le soc d'acier, tranchant et clair comme le glaive,
   Rouvre l'âpre jachère où dormaient les grillons,
   Et des guérets fumants, inondés de rayons,
   Vers l'ostensoir des cieux un encens d'or s'élève.

   Sous l'étincellement du plus riant des mois
   L'âme s'émeut, le spleen s'enfuit, le sport s'agite,
   Et sur des lacs lointains, où foisonne la truite, 
   Les pêcheurs joyeux font merveille au cœur des bois.

   Et la brise, frôlant les grands flots de turquoise,
   Nous apporte la voix mâle des gais flotteurs
   Qui, sur leurs longs radeaux aux sauvages senteurs,
   Chantent à plein gosier : « C'est la belle Françoise ».

                                       William Chapman (1912)



Tiré de : William Chapman, Les fleurs de givre, Paris, Éditions de la Revue des poètes, 1912, p. 55-56. 

Pour en savoir plus sur William Chapmancliquer ICI

De William Chapman les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : À Percé ; Sur la tombe de Lucien Turcotte ; L'île d'Orléans ; Janvier ; Février ; Mars ; Avril.

William Chapman (1850-1917)

(Source : BANQ)

Le poème Mai, ci-haut, est tiré du recueil
de William Chapman, Les fleurs de givre, que
l'on peut télécharger gratuitement ICI

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Dédicace manuscrite de William Chapman à
Jean-Baptiste Caouette dans Les fleurs de givre.

(Collection Daniel Laprès)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

jeudi 29 avril 2021

Le vieux pin

À gauche : illustration de Gérard Morisset accompagnant le poème 
"Le vieux pin", de Marie-Louis Beaulieu, ci-dessous. Les deux étaient
alors étudiants au Collège de Lévis, dont la photo de droite montre
l'apparence au début du vingtième siècle, époque où Morisset et
Beaulieu le fréquentaient. 

(Sources : Illustration de Gérard Morisset : Collège de Lévis, Compositions
 littéraires
, Québec, Imprimerie Laflamme, 1917, p. 80. Photo : BANQ.
Cliquer sur l'image pour l'agrandir)





            (Fragments) 


   On ne le verra plus le vieux pin solitaire ;
   Comme un géant vaincu tombé au combat,
   Il est là, sans parure, étendu sur la terre ; 
   Il pleure sa vigueur qui trop tôt le quitta.

   Depuis longtemps déjà, ses longs rameaux sans vie,
   Comme des bras de mort, dans les cieux s'élevaient ; 
   Il demeurait rêveur, plein de mélancolie,
   Quand du printemps joyeux les beaux jours revenaient. 

   Alors qu'autour de lui, tout n'était que verdure,
   Tout se couvrait de fruit, de grâce et de beauté,
   Insensible au réveil de la belle nature,
   Il gardait son aspect de morne austérité. 

   Combien d'écoliers, ignorant la souffrance,
   Alertes et joyeux, il avait vu jouer ;
   Et combien sont venus, enivrés d'espérance,
   Sous ses rameaux épais comme l'oiseau chanter !

   Près de son pied moussu, combien de jeunes âmes,
   Au début de la vie, ont rêvé d'avenir,
   Pendant que l'horizon se colorait de flammes,
   Que la brise chantait comme dans un soupir !

   À l'âge où tout est rose, où des peines secrètes
   L'on n'a pas éprouvé la cuisante douleur, 
   Écoutant la chanson de ses vertes aigrettes,
   Combien d'adolescents ont goûté le bonheur ! 

   Dans le calme des soirs, quand de la nuit prochaine, 
   Descendant sur le sol comme avec un frisson,
   Le souffle murmurant, la fugitive haleine
   Courbait les épis d'or de la belle moisson. 

   À l'heure du repos, quand, sur les blanches roses,
   L'insecte vagabond se blottissait pour la nuit,
   Nous allions écouter la romance des choses
   À l'ombre de ce pin où n'allait pas le bruit. […]

                                  Marie-Louis Beaulieu *(1916)



Tiré de : Collège de Lévis, Compositions littéraires, Québec, Imprimerie Laflamme, 1917, p. 81-82. Cliquer ICI pour consulter la version intégrale du poème.

*  Marie-Louis Beaulieu est né à Saint-Georges-de-Beauce le 15 septembre 1896, d'Alcide Beaulieu, marchand de bois, et d'Agnès Morency. De 1911 à 1920, il fit ses études classiques et commerciales au Collège de Lévis, puis entra à l'Université Laval de Québec, où il reçut une licence de philosophie (1921) puis de droit (1923). 
    Dès ses études universitaires, il participa à la vie littéraire de son temps. Il collabora à divers journaux et périodiques, dont Le Béret, un journal étudiant de l'Université Laval où, sous le pseudonyme de « Jean Malobe » il publia des poèmes et articles sur des sujets divers.
   En 1923, il fut admis au Barreau et débuta sa carrière d'avocat au sein d'un cabinet dont faisait également partie René Chaloult, lequel deviendra un important homme politique nationaliste.  
   En 1927, il fonda la Société des études juridiques, dont la mission consistait à aider les jeunes avocats et notaires à parfaire leurs connaissances juridiques. Il fut également longtemps actif dans le droit du travail et participa en 1940 à la rédaction de la loi sur les lois collectives du travail. 
   Durant les années 1930, il s'investit dans la mouvance politique nationaliste auprès des René Chaloult, Philippe Hamel et Paul Gouin. Il fut notamment avocat de René Chaloult lors du retentissement procès subi par celui-ci parce qu'il s'était opposé à la conscription et qui aboutit à l'acquittement du défendeur.
   En 1938, il obtint un doctorat en droit de l'Université Laval. La même année, il devint professeur de législation ouvrière, industrielle et sociale à la Faculté des sciences sociales de la même université. 
   Il collabora à plusieurs revues juridiques, dont la Revue du Barreau de la province de Québec, la Revue du droit, la Revue du notariat, les Cahiers du droit. Il contribua également aux revues Ensemble, consacrée au mouvement coopératif, et Relations industrielles.
    En 1945, l'Université de Poitiers (France) lui décerna un doctorat honorifique.  
   En 1955, il publia un ouvrage de synthèse, Les conflits du droit dans les rapports collectifs de travail
   Marie-Louis Beaulieu est mort à Québec le 14 février 1971. Il avait épousé, le 5 mai 1952 à Montréal, Jeanne Quintal, femme de théâtre qui joua un rôle important pour l'amélioration de la qualité de la langue française parlée.
(Sources : Jean-Charles Bonenfant, Me Marie-Louis Beaulieu, dans Les Cahiers de droit, vol 9, no 3, septembre 1968 ; Les biographies françaises d'Amérique, Montréal, Les Journalistes associés Éditeurs, 1942, p. 407 ; Raymond Deraspe, Marie-Louis Beaulieu, avocat à la carrière exceptionnelle, dans la revue L'Ancêtre, vol 39, no 301, hiver 2013).  

Marie-Louis Beaulieu (1896-1971)

(Source : Les biographies françaises d'Amérique,
Montréal, Les Journalistes associés Éditeurs, 
1942, p. 407)

Le poème Le vieux pin, dont des fragments
sont présentés ci-haut, fait partie de
Compositions littéraires, recueil d'œuvres
composées par des étudiants du Collège
de Lévis et paru en 1916. Cliquer ICI
pour consulter la version intégrale
du poème.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)



En 1912, le gouvernement ontarien imposait
le Règlement 17, qui bafouait les droits
scolaires des Franco-Ontariens. Alors 
jeune étudiant au Collège de Lévis, 
Marie-Louis Beaulieu en fit le sujet
d'une dissertation, sous forme d'une
lettre qu'il adressa aux organisations
de défense des Franco-Ontariens. 
Pour consulter ce document, 
cliquer sur cette image : 


En 1942, René Chaloult, au centre, subit un procès pour
s'être exprimé contre la conscription, lors de la deuxième
guerre mondiale. Marie-Louis Beaulieu, que l'on voit 
à la gauche de Chaloult, fut son avocat et obtint son
acquittement. On aperçoit également Philippe Hamel, à 
gauche, et Paul Gouin, de dos.

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Marie-Louis Beaulieu, vers la fin de sa vie.

(Source : BANQ)


En 1968, dans les Cahiers du droit, l'universitaire
Jean-Charles Bonenfant publia un article détaillé
sur la vie et la carrière de Marie-Louis Beaulieu.
Pour consulter cet article, cliquer 
sur la photo de Bonenfant :


Le Soleil, 15 février 1971

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Le Soleil, 15 février 1971

(Cliquer sur l'image 
pour l'élargir)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'élargir.