vendredi 29 septembre 2017

Aux exilés politiques



Joseph-Guillaume Barthe (1816-1893)

(Source : Le répertoire national, tome 1)


   Salut ! concitoyens, foulez la terre amie,
         Foulez le sol sacré de la patrie ! 
   Sur la plage lointaine, où le crime gémit,
   Où le repentir pleure... un généreux proscrit,
   Un Nelson, un Gauvin, un Masson, un Bouchette,
   Noms de héros chantés sur la mâle trompette ; 
   Des Rivières, Goddu, Marchessault et Viger
   Dont les fronts plébéiens, ceints du noble olivier,
   Devaient courber plus tard sous le faix de la gloire,
   Pouvaient-ils dans la honte expier leur valeur ?
                L'égide de l'honneur 
                Protégeait leur mémoire ! 

   Les tyrans ont pâli, souillés d'iniquité,
   Et, près de s'engloutir sous les débris du trône,
   Ils se sont moins joués des droits d'humanité ; 
   Ah ! c'est que dans la fange ils jetaient leur couronnes ! 

   Les fils des Canadas, amants de liberté,
   Perdant leur vain espoir dans un sceptre insensé,
   Et d'un généreux sang rachetant leur patrie,
   Bravèrent dans nos champs la mitraille ennemie ;
          Ô peuple ! jette un funèbre feston
          Sur leur tombeau... bats le mâle clairon ! 
                 Couvre de drapeaux sombres
                 Leurs tombeaux et leurs ombres ! 
   Baise leur cendre sainte au fond de leur cercueil,
   Érige un monument qui fasse ton orgueil,
   Leurs noms en traits de feu dans ta généreuse âme
                 Sont gravés pour jamais ! 

   Rois, vous portez en vain le fer et la flamme
                 Si loin de vos palais !
   Un roi doit-il régner sur un peuple d'esclaves ?
   Doit-il sous un vil joug courber les fronts des braves ?
   
   Martyrs sanctifiés par de mâles exploits,
   Le trépas vous soustrait à de honteuses lois ! 
   Le peuple honorera vos noms, votre mémoire,
   Vos ombres avec lui chanteront la victoire ! 
           Ô peuple ! jette un funèbre feston
           Sur leur tombeau... bats le mâle clairon ! 
                  Couvre de drapeaux sombres
                  Leurs tombeaux et leurs ombres !
   Mais vous qui dans l'exil consumant de beaux jours,
   Avez flétri vos pas dans la fange des crimes,
   Vous qu'un fer assassin réclamait pour victimes,
   Que de vils ennemis, sanguinaires vautours,
   Jetaient à l'échafaud en ignoble pâture,
   Vous avez affronté le fer et la torture
   Et l'homicide bras souillé de déshonneur ! 
   La peur n'a pas molli vos âmes généreuses
   (Dans le sein des héros il bat un si grand coeur !)
   Si le destin rendit vos armes malheureuses, 
   Si Mars vous a ravi la palme des combats,
   Si vous ne fûtes point les plus heureux soldats,
   Vous avez succombé du moins avec vaillance. 
   Un seul des fils d'Albion et sept fils de la France
                  Que l'honneur fit soldats,
   Qu'on vit briguer la gloire en tête des combats,
   Payèrent dans l'exil leur valeur héroïque : 
   Ceignons-leur aujourd'hui la couronne civique !
          Ô peuple ! tresse un glorieux feston,
          Chante et bats le mâle clairon,
   Et de leurs pas chéris, oh ! baise la poussière,
   Devant eux, de respect, courbe ta tête altière ! 

                        Joseph-Guillaume Barthe (1838)


Source : Le répertoire national, volume II, Montréal, J. M. Valois & Cie Libraires-Éditeurs, 1893, p. 88-89. 



Pour avoir publié ce poème, l'auteur et son éditeur, Napoléon Aubin, ont été jetés en prison par la Couronne britannique. 



Pour en savoir plus sur Joseph-Guillaume Barthe, cliquez ICI



Pour en savoir plus sur les Patriotes exilés en Australie, cliquez ICI



Patriotes de 1837-38.
(Source de l'illustration : La cabane du patriote Durocher)

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

jeudi 28 septembre 2017

Tristesse


Napoléon Aubin (1812-1890)
(Illustration : Lithographie par Napoléon Aubin
d'après un portrait par Théophile Hamel



           Seul bien que j'envie,
           Amour ! douce erreur ! 
           Viens, ma triste vie
           S'éteint de langueur.
           Ô coupe d'ivresse,
           Pourquoi te tarir ?
           Ô fleur de jeunesse,
           Pourquoi te flétrir ?

           Une fièvre ardente
           Consume mes os : 
           Chacun se tourmente
           Pour changer de maux ; 
           On suit sa chimère,
           On fait des projets...
           Et bientôt la terre 
           Les couvre à jamais. 

           Comme un flot se brise
           Aux rochers du bord,
           Ma vigueur s'apaise
           À vaincre le sort.
           Mal qui me possède, 
           Abrège ton cours ! 
           Combien tu m'obsèdes, 
           Ô fardeau des jours.

           Seul parmi la foule
           Je m'en vais rêvant,
           Et sans but je roule
           Au pouvoir du vent. 
           J'offre, en ma détresse, 
           J'offre à tous la main,
           Mais nul ne la presse ; 
           Ils vont leur chemin...

           Ô mélancolie
           Qui partout me suis, 
           Vois, mon âme se plie, 
           Aux faix des ennuis ! 
           Chaque doux prestige
           A fui devant toi :
           Monde où tout m'afflige,
           Que veux-tu de moi ?

           La joie est donnée
           À nos jeunes ans. 
           La vie et l'année
           N'ont qu'un seul printemps.
           Malheur à qui chasse
           Les tendres plaisirs ;
           L'hiver bientôt glace
           Et fleurs et désirs...

           Je vis une rose
           Au déclin du jour ; 
           Que ma main t'arrose,
           Dis-je, ô fleur d'amour !
           Pour qu'elle te cueille
           Demain sans retard,
           Je vins... mais sa feuille
           Volait au hasard. 

                         Napoléon Aubin (1835) 


Tiré de : Le répertoire national, volume I, Montréal, J. M. Valois & Cie, 1893, p. 381-382. 

Pour en savoir plus sur Napoléon Aubin, cliquez ICI.

Signature de Napoléon Aubin

Deux ouvrages sur Napoléon Aubin publiés par Jean-Pierre Tremblay, le premier en 1969
aux Presses de l'Université Laval, le second en  1972 aux éditions Fides.
Les éditions Trois-Pistoles ont publié en 2002 les Contes et récits de Napoléon Aubin.

Volume premier du Répertoire national,
contenant le poème Tristesse.

dimanche 24 septembre 2017

Où sont-ils les jours de notre gloire?



Toile monumentale réalisée en 1890-1891 par le peintre Charles Alexander SMITH (1864-1915), « L'Assemblée des six comtés » [de la vallée du Richelieu], où l'on voit Louis-Joseph Papineau haranguer la foule, à Saint-Charles-sur-le-Richelieu, le lundi 23 octobre 1837. Photographiée par Patrick Altman, cette toile que « la Province de Québec » n'a jamais payée ni accueillie dans ses locaux, la jugeant trop nationaliste, domine aujourd'hui la salle « Je me souviens », du Musée national des Beaux-Arts du Québec, à Québec. (Source : da-go.com).



     Quand nos aïeux partaient pour les combats,

                La force et le courage 
     Les précédaient, guidant toujours leurs pas
                Au plus fort du carnage.
     Ils ont été les plus braves soldats,
     Ils n'ont point su s'éloigner de l'orage ; 
     Et Carillon, Lacolle et Châteauguay
     Ont pour jamais consacré leur mémoire. 
     Ô souvenirs de sublime beauté !
     Mais où sont-ils les jours de notre gloire ?


     Il fut un temps où bientôt nous pensions
                Abattre l'insolence
     De cent faquins que nous entretenions
                Oisifs dans l'opulence. 
     Il fut un homme aux yeux des nations
     Qui les flétrit de sa mâle éloquence ; 
     Que de lauriers il aurait pu cueillir ! 
     Que tu fus belle, alors, ô notre histoire ; 
     Et devant nous, quel brillant avenir ! 
     Mais où sont-ils les jours de notre gloire ? 

     À nos malheurs en fut-il de pareils, 
                Le jour où la démence
     Seule régnant partout dans nos conseils,
                Brisa notre puissance ?
     Oh ! dites-moi, où sont donc les soleils
     Qui nous donnaient jadis tant d'espérance ; 
     Ceux qui devaient, par leurs sages travaux, 
     Au char du peuple enchaîner la victoire ?
     Ceux qui disaient : Oh ! nos jours seront beaux !
     Mais où sont-ils les jours de notre gloire ? 

     [...]

                             Auteur anonyme (1840)

Source : Le répertoire national, volume II, Montréal, J. M. Valois & Cie, Libraires-Éditeurs, 1893, p. 160-161.




Bataille de Québec, 1690 : Le gouverneur de Nouvelle-France, Louis de Buade, comte de Frontenac, repoussant l'offre de reddition de l'émissaire anglais : « La seule réponse que je ferai à votre général viendra de la bouche de mes canons et du feu de mes mousquets. » (Source : Wikipedia)




Bienfaits

Charles Lévesque (1817-1859)

(Source : Le répertoire national, tome IV)


        Moi je chéris l'enfance
        Encore à son berceau,
        Couvre son innocence
        Du voile le plus beau ;

        Je console la femme

        Au jour de sa douleur,
        Et porte dans son âme
        La paix et le bonheur.

        Je donne du courage

        À l'homme industrieux,
        Qui désire en partage
        Un domicile heureux. 

        Je réjouis la vierge

        Confiante, sans détour,
        Et fais luire le cierge
        Qu'allume son amour.

        J'éloigne la misère 

        Du plus obscur réduit ;
        Veille sur le vieux père
        Pour qu'il ne soit maudit.
     
        À pleines mains je donne
        Les grâces, les bienfaits, 
        Des vertus la couronne
        Qui ne périt jamais.
     
        Devinez ma science,
        Elle brille sans fard ;
        Je suis la tempérance
        Avec un doux regard.

Nous nous soumettons tous à ta voix angélique,

Parmi nous descendue, auguste vérité ; 
Et des hommes unis la jeune république,
Si pleine de ferveur, bénit ta sainteté.

                    Charles Lévesque (1847) 



Source : Le répertoire national, volume IV, Montréal, J. M. Valois et Cie, Libraires-Éditeurs, 1893, p. 121-122.


Pour en savoir plus sur Charles Lévesque, cliquez ICI.

Le volume IV du Répertoire national, d'où
est tiré le poème Bienfaits, ci-haut, de
Charles Lévesque.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir
)

Monument funéraire au pied duquel repose Charles
Lévesque au cimetière de Sainte-Mélanie.

(Source : Find A Grave ; cliquer sur l'image pour l'agrandir)