samedi 30 décembre 2017

La Nouvelle Année

Pamphile Le May (1837-1918)
(Source : Québec éternelle,
promenade photographique
dans l'âme d'un pays
, p. 118)




                 Qu'apportes-tu, nouvelle année ?
                 Viens-tu de roses couronnée
                 Comme la Vierge des amours ?
                 Ta main tient-elle le calice,
                 Ou bien la coupe de délice
                 Où devront s'abreuver nos jours ?

                 Viens-tu, de mille appâts suivie, 
                 Donner à notre pauvre vie
                 De nouvelles illusions ?
                 Ou viens-tu comme un léger rêve
                 Qui nous enivre, et qui s'achève
                 En amères déceptions ?

                 Au pauvre enfant pur comme un ange
                 Dont le bonheur est sans mélange
                 D'amertume ni de regrets ; 
                 Qui rit aux baisers de sa mère,
                 Murmure le nom de son père,
                 Apportes-tu de beaux jouets ?

                 As-tu, pour la folle jeunesse,
                 Une coupe pleine d'ivresse,
                 Pleine d'espérances et d'amours ?
                 As-tu quelque limpide étoile
                 Pour l'éclairer ? Un large voile
                 Pour jeter sur ses mauvais jours ?

                 Ou, sur ton aile diaphane,
                 Pour le jeune coeur qui se fane
                 Au souffle de l'iniquité,
                 As-tu quelques rayons de grâce,
                 Un souvenir que rien n'efface
                 Du droit chemin qu'il a quitté ?

                 As-tu quelque douce espérance,
                 Quelque baume pour la souffrance
                 De tout malheureux qui périt ?
                 Un appui pour la pauvre veuve ?
                 Pour l'orpheline qui s'abreuve
                 De pleurs aujourd'hui que tout rit ?

                 Viens-tu, comme un nuage sombre
                 Dont on regarde flotter l'ombre
                 Sur les champs émaillés de fleurs,
                 Nous apporter ces longs orages
                 Qui sèment au loin leurs ravages,
                 Sillonnent et brisent nos coeurs ?

                 Viens-tu tracer une nouvelle ride
                 Sur le front pensif et livide
                 De l'homme qui vit malheureux ?
                 Briser la main qui le protège
                 Et mêler des rayons de neige
                 À l'ébène de ses cheveux ? [...]

                 Hélas ! Nos rapides années
                 Ressemblent aux feuilles fanées
                 Que les vents roulent au vallon !
                 On les cueillit pour une fête,
                 On en couronna notre tête,
                 Puis on les foula du talon. 

                 Pourquoi cette gaieté si vive
                 Quand la nouvelle année arrive
                 Et nous éloigne du berceau ? 
                 Sommes-nous las de cette vie ?
                 Regardons-nous avec envie
                 Ceux qui dorment dans le tombeau ?

                 Non ! Non ! faibles enfants des hommes,
                 Ces pensées, comme des fantômes, 
                 Troubleraient nos esprits peureux ! 
                 Non ! Non ! il est si doux de vivre
                 Quand l'espérance nous enivre,
                 Même quand on est malheureux ! 

                 Chaquel nouvel an nous enchante,
                 Comme l'oeil d'une vierge aimante,
                 Comme le soupir de son coeur. 
                 Nous tressaillons quand il se lève,
                 Car nous avons cru, dans un rêve,
                 Qu'il nous apportait du bonheur !

                 Bonheur ! ...... illusion futile !
                 Songe trompeur ! ombre fragile
                 Qui fuit quand on croit la tenir ! 
                 Hélas ! l'attendrons-nous sans cesse
                 Du temps qui passe avec vitesse,
                 Qui passe et qui ne peut revenir ! 

                             Pamphile Le May (1865)


Tiré de : Pamphile Le May, Essais poétiques, Québec, G. E. Desbarats Imprimeur-Éditeur, 1865, p. 237-240. 


De Pamphile Le May, les Poésies Québécoises Oubliées ont aussi présenté :
                  Le poète pauvre

Pour en savoir plus sur Pamphile Le May, cliquer ICI. 

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pamphile Le May avec deux de ses filles et le chien de la famille,
probablement à Québec. (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Plaque en souvenir de Pamphile Le May devant la Chapelle de
procession de Saint-Louis
,  à Lotbinière, où Pamphile Le May est né.
(Photo : Daniel Laprès, 2017 ; cliquer sur l'image pour l'agrandir)

mercredi 27 décembre 2017

Fleurs d'hiver

Napoléon Legendre (1841-1907)
(Source : Québec éternelle :
promenade photographique
dans l'âme d'un pays
, p. 117)




                Petites fleurs qui, sur vos tiges frêles,
                       Tremblez au souffle de l'hiver,
                Vous n'avez pas, comme l'oiseau, des ailes
                       Pour fuir loin du jardin désert.

                Le froid vous fait une parure blanche
                       Qui voile votre éclat vermeil ;
                Et, sous son poids, votre tête se penche,
                       Cherchant un rayon de soleil. 

                Petites fleurs, là-haut, dans ma mansarde,
                       L'hiver n'est pas encore monté ; 
                Le soleil luit, et mon foyer vous garde
                       Un peu des chaleurs de l'été. 

                Avec le coin du sol qui vous vit naître,
                       Là-haut je vous emporterai
                Et doucement, au bord de ma fenêtre,
                       Près de moi je vous placerai. 

                Vous tiendrez lieu de famille absente
                       Et des vieux amis dispersés ; 
                Vous parlerez à mon âme souffrante
                       Du souvenir des jours passés. 

                Car notre hiver c'est la vieillesse,
                       Et la neige, nos cheveux blancs ; 
                Comme vous, fleurs, notre tête s'affaisse
                       Et nos pieds deviennent tremblants...
            
                À mon foyer vous aurez une place,
                       Mais en retour, petites fleurs, 
                Vous donnerez au logis votre grâce, 
                       Votre parfum et vos couleurs. 

                                Napoléon Legendre (1880)


Tiré de : Revue de Montréal, Montréal, décembre 1880, p. 770.  

Pour en savoir plus sur Napoléon Legendre, cliquer ICI. 

Napoléon Legendre était collaborateur de
la Revue de Montréal, où il a publié le
poème Fleurs d'hiver en décembre 1880.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

(Source : Pinterest)

dimanche 24 décembre 2017

La Messe de Minuit à L'Islet

P.-J.-Olivier Chauveau (1820-1890)
(Source : Le Répertoire national, vol. 3)


                 
               Je m'en vais vous conter... 
               
               La messe qu'à L'Islet dit un prêtre sans tête
               Juste à minuit, un jour ou plutôt une nuit
               Que mon oncle était là. 
                                                     Cela fit bien du bruit.
               Il était en vacances et sortait d'une fête
               Où l'on avait trinqué, chez Thomas Giasson,
               Un peu, pas mal, je crois. 
                                                         Il entendit le son
               De la cloche tintant comme pour l'agonie. 
               « En voilà, par exemple, une cérémonie ! 
               » Se dit-il. Allons voir si ce pauvre bedeau
               » Sait ce qu'il fait. Je gage, il aura bu moins d'eau
               » Que de vin. Ou peut-être encore quelque bonne âme, 
               » Aux pécheurs endurcis, par manière de blâme, 
               » A charitablement fait entendre ce glas. 
               » Moi même le premier, j'en aurais bien, hélas !
               » Un grand besoin ». 
                                                L'église, au détour de la route, 
               Lui parut tout en feu, du bas jusqu'à la voûte. 
               Il se hâtait, disait des Ave Maria 
               Aussi drus qu'il pouvait, marchant de telle sorte
               Qu'il fut en même temps au dernier Gloria
               Du chapelet, et puis devant la grande porte,
               Comme au plus beau dimanche, ouverte à deux battants.
               Il entre, mais ne voit point de flamme au dedans.
              
               Seulement, sur l'autel, comme pour un office,
               Six grands cierges brûlaient. ― « Sapristi ! mon garçon, 
               » M'a-t-il dit bien des fois, j'eus un fameux frisson,
               » Et je ne savais point si c'était mon service
               » Que l'on allait chanter ». Volontiers sur ses pas
               Il serait revenu, si, sans lui dire gare, 
               La porte de l'église avec un grand fracas
               Ne s'était refermée. Alors il se prépare 
               Pour le pire, attendant ce qui va se passer.
               Il sentir dans son corps tout son sang se glacer. 

               L'horloge ayant sonné devers la sacristie
               Lentement douze coups, quand il vit dans le choeur
               Un prêtre avancer. La tête était partie
               D'avec le corps. « J'étais dans le banc du seigneur,
               » me dit toujours mon oncle, et je vis qu'à la place
               » Du visage, il avait un nuage léger, 
               » Quelque chose de gris, enfin comme une trace
               » De fumée ou d'encens ». Mais ce prêtre étranger, 
               Et bien étrange aussi, portait une chasuble
               Du plus beau violet. Rarement on s'affuble
               Aussi bien sans sa tête. Et pour lors, sur l'autel
               Il plaça le calice, il ouvrit son missel
               Et puis, en descendant, à mon oncle il fit signe, 
               Disant : Introibo ad altare Dei
               Mais l'autre ne bougea. N'étant pas obéi, 
               Le prêtre s'en alla d'une façon bénigne,
               Comme un homme qu'on chasse et qui l'a mérité...

               C'était un écolier du petit séminaire, 
               Mon oncle, et qui savait répondre à l'ordinaire
               De la messe très bien. Il fut donc irrité
               Contre lui-même un brin d'avoir été si lâche
               Et si peu complaisant : « Il faudra que je tâche
               » De réparer cela, je reviendrai demain,
               » Se dit-il aussitôt ; mais trouvons un chemin
               » Pour sortir au plus vite. Allons ! par la fenêtre
               » Du vestiaire on peut sauter dehors peut-être ;
               » Et derrière l'autel la porte m'y conduit : 
               » Elle est ouverte encore. C'est par là que s'enfuit
               » Ce malheureux curé ; puis, si je le rencontre, 
               » Nous nous expliquerons ; je n'ai rien à l'encontre
               » De ce pauvre monsieur : s'il fallait en vouloir
               » À tous les gens que l'on voit ayant perdu la tête,
               » On n'aurait plus d'amis, et ce serait trop bête ». 

               Il partit comme un trait ; mais au fond du couloir
               La porte était fermée. Il fallut dans l'église
               Demeurer jusqu'au jour. 
                                                      Sur la muraille grise
               ― Les cierges de l'autel s'étant soufflés tout seuls,
               On pouvait voir errer, comme autant de linceuls, 
               Les bizarres reflets de la lampe blafarde. 
               Dans une telle obscurité , plus et plus on regarde, 
               Plus on trouve partout de menaçants objets. 
               En son tableau, la Vierge au fond de la chapelle,
               Si divine au grand jour, si riante et si belle, 
               Paraissait bien sévère ; et, sinistres sujets, 
               Les martyrs, tout armés, dans leurs niches profondes
               Semblaient, pour la plupart, des gens peu rassurants. 
               Les chérubins rosés, aux chevelures blondes, 
               Bons enfants d'ordinaire, avaient l'air très méchants. 
               La voûte bleue aux étoiles dorées,
               La plus riche, je crois, de toutes nos contrées,
               Comme un drap mortuaire était du plus beau noir. 
               Ce qui par-dessus tout n'était pas drôle à voir,
               C'était bien le navire à l'antique structure, 
               Qui promenait son ombre, à la nef suspendu.* 
               On eût dit quelque objet affreux par la nature,
               Araignée aux longs bras, squelette de pendu, 
               Tout ce que vous voudrez de plus abominable. 
               Puis, c'était un silence à vous faire mourir : 
               On aurait entendu, dans l'église, courir
               Une souris. Alors, près de la sainte table,
               Mon oncle se plaça, tout tremblant, à genoux, 
               Priant de tout son coeur pour lui-même et pour nous, 
               Pour le prêtre sans tête, et pour les saintes âmes
               Du purgatoire en masse, aussi pour ses parents,
               Pour tous les bons chrétiens, tant savants qu'ignorants, 
               Pour gens de tous les métiers, même les plus infâmes,
               Inventant, j'en suis sûr, mille dévotions,
               Et prenant devant Dieu des résolutions
               Qu'il sut tenir depuis. ― Sachez que, par la suite, 
               Il devint prêtre, et, bien pire que ça, jésuite. 

               Pour tous en général, pour cela, pour ceci, 
               Et je crois, sans mentir, qu'il y prierait encore,
               Sans un sommeil de plomb qui, juste avant l'aurore,
               Vint le surprendre enfin. Il fut tout ébahi
               D'entendre Introibo ad altare Dei 
               Saluer son réveil. Mais il n'eut pas d'angoisse : 
               C'était la voix d'un prêtre ayant sa tête à lui, 
               Et tête qui pensait pour toute la paroisse ; 
               C'était, sans le nommer, le curé d'aujourd'hui. 
               Donc, mon oncle entendit dévotement sa messe, 
               Puis il fut le trouver, lui disant à confesse
               Tout ce qu'il avait vu. ― « C'est très bien, mon enfant, 
               » Il faudra soulager ce pauvre revenant ; 
               » Le bon Dieu le permet. Je le ferais moi-même,
               » À votre charité s'il n'avait eu recours. 
               » Je serai là, tout prêt à vous porter secours,
               » Si de l'esprit du mal c'était un stratagème ». 

             Par le bedeau, le soir, dans l'église conduit,
             Mon oncle avait repris son poste avant minuit,
             Tout seul. Il entendait, dans le vieux vestiaire,
             Le curé récitant rondement son bréviaire.
             Quand l'heure fut venue, il vit une lueur
             Passer près de l'autel, et voilà que s'allume
             Un cierge, et puis un autre. À tout l'on s'accoutume :
             J'avais cette fois-là, dit-il, beaucoup moins peur ; 

             Et sans trop m'effrayer les douze coups sonnèrent, 
             Et le prêtre sans tête entra bien lentement,
             Et me fit signe encore, mais plus timidement,
             D'avancer dans le choeur ; et les cierges donnèrent
             Une lueur plus vive au moment où je fus
             Près de lui prendre place. Il avait l'air confus
             Tout d'abord, mais sa voix tremblante et sépulcrale
             Se raffermit bientôt ; à plus court intervalle
             Venait chaque verset, puis j'étais moins transi,
             Il prenait du courage et m'en donnait aussi. 
             Je répondais plus haut ; je servis les burettes,
             Sans craindre d'approcher mes mains de ses manchettes.

             Puis l'église soudain sembla se transformer ; 
             Et l'on voyait partout des cierges s'allumer ; 
             La Vierge dans son cadre avait l'air plus heureuse,
             Et se penchant vers nous, souriait gracieuse. 
             Les petits chérubins gazouillaient tendrement ;
             Ils se parlaient entre eux dans un très beau langage
             Qui n'était pas français ni latin davantage. 
             La voûte transparente avait l'air de monter
             Par degrés vers le ciel, les murs de s'incruster
             D'agate, de porphyre et d'opale et le reste,
             Comme on dit de ceux de la cité céleste.

             L'orgue rendait tout seul des sons harmonieux.  
             Et, quand vint le Sanctus, de douces symphonies 
             Descendirent d'en haut. Comme aux cérémonies
             Des plus grands jours, l'encens le plus délicieux
             Sortait je ne sais d'où. Le prêtre, plus agile,
             Avait la voix sonore. Au dernier évangile, 
             Au mot veritatis, il se tourna vers moi.
             Me laissant voir en face un radieux visage,
             Il me dit : « Mon enfant, merci pour ton courage. 
             » Le bon Dieu saura bien récompenser ta foi...
             » Je monte en Paradis... Pour expier l'offense
             » D'avoir été distrait et léger à l'autel,
             » J'ai, pendant cinquante ans, attendu la présence
             » D'un servant qui voulût me faire aller au ciel,
             » En priant avec moi »... 
                                                     Mon oncle ne put dire 
             Comment tout le mystère à la fin s'acheva ; 
             Car au milieu du choeur le curé le trouva
             Dans un état d'extase, et puis dans un délire
             Qui dura plusieurs jours. N'entendant rien du tout,
             Son bréviaire fini de l'un à l'autre bout, 
             Ne sachant que penser de tout cela en somme,
             Il venait au secours de ce pauvre jeune homme. 
             Il ne vit dans l'église aucun signe nouveau,
             Et se dit que le mal était dans le cerveau
             De l'écolier. Plus tard, connaissant mieux l'affaire,
             D'un miracle il trouva que la preuve était claire. 
             C'est ce que m'a dit mon oncle, et je l'ai toujours cru...

             Légendes, doux récits, qui berciez mon enfance, 
             Vieux contes du pays, vieilles chansons de France, 
             Peut-être un jour, hélas ! vos accents ingénus
             De nos petits neveux ne seront plus connus. 
             Vous vous tairez, ou bien l'écho de votre muse
             Ira s'affaiblissant partout où l'on abuse
             De ce grand vilain mot, si plein d'illusion,
             Et trop long pour mes vers : civilisation. 

             Ô poèmes naïfs, dont le peuple est l'auteur,
             Légendes que transmet à la folle jeunesse, 
             Avec un saint amour, la prudente vieillesse,
             Votre charme est surtout aux lèvres du conteur,
             Et, malgré votre nom, il faut bien vous le dire, 
             On ne vous croira plus lorsqu'on pourra vous lire ! 

                      Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (1877) 



Tiré de : Antonin Nantel, Les fleurs de la poésie canadienne, quatrième édition, Montréal, Librairie Beauchemin, 1912, p, 45-51. 

* « À propos du petit navire que l'on voyait autrefois suspendu dans la nef des églises, on a dit qu'il représentait la barque de Pierre ou le vaisseau de l'Église, ou qu'il était une sorte d'ex-voto en souvenir de la destruction de la flotte anglaise aux Sept-Îles qu'on attribuait à une insigne protection de la sainte Vierge » (Antonin Nantel).  

Pour en savoir plus sur P.-J.-O. Chauveau, cliquer ICI.

Vues ancienne (Source : Répertoire du patrimoine culturel du Québec) et récente (Wikipedia) de l'église
de L'Islet, où se déroule la légende racontée par P.-J.-O. Chauveau. (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Le choeur de l'église de l'Islet, dont la construction date de 1768.
(Source : TripAdvisor ; cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Les fleurs de la poésie canadienne,
d'où est tiré le conte poétique
La Messe de Minuit à L'Islet.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

P.-J.-O. Chauveau est l'un des personnages
les plus méconnus de l'histoire du Québec, même
s'il mérite davantage notre reconnaissance.
On en sera convaincu en lisant le bel ouvrage
biographique signé Hélène Sabourin, que l'on
peut commander dans toute bonne librairie.
(Pour information, cliquer ICI ;
cliquer sur l'image pour l'agrandir).

jeudi 21 décembre 2017

L'Hiver

François-Xavier Garneau (1809-1866)

(Source : Québec éternelle : promenade
photographique dans l'âme d'un pays
, p. 118)




           Voilà l'été qui fuit et la feuille qui tombe
                       Pâle et morte sur les gazons.
           Le vent du nord mugit, l'anémone succombe,
                       L'écho se tait dans les vallons.
                  Déjà les bois ont perdu leur feuillage ; 
                  Vers la chaumière accourent les troupeaux,
                  Car ils ont vu l'hiver sur les nuages,
                  Et le grésil bondir sur les coteaux. 

           Adieu ! charmants oiseaux, habitants des bocages,
                       Allez vers de plus beaux climats ; 
           Puissé-je comme vous fuir le temps des orages
                       Et de l'été suivre les pas.
                  Mais ils sont loin ― leur suave murmure
                  A déserté les hameaux de nos bords ; 
                  Seul l'autan mêle au deuil de la nature
                  Dans nos vallons ses sauvages accords. 

           Là-bas à l'horizon, comme un fantôme immense,
                       L'hiver semble couvrir les cieux ; 
           Le vent devant son front roule avec violence
                       Les flots épars de ses cheveux ;
                  De longs glaçons pendent à ses paupières ; 
                  Dans les airs bat sa robe de frimas ;
                  Le jour pâlit sous ses regards sévères,
                  Et la tempête enveloppe ses pas. 

           Ménestrel sans échos, je rejetais la lyre,
                       Je n'avais que de tristes jours
           Sur ces bords malheureux que la haine déchire
                       Et dont le plaisir fuit toujours ; 
                  Mais les frimas, suspendant les discordes,
                  Ont à ma lyre arraché quelques sons,
                  Je viens d'entendre au travers de ses cordes,
                  En murmurant, passer les aquilons

           Sonne, lyre fidèle, à mon âme isolée,
                       Chante le deuil de nos climats ;
           Vois de l'orme orgueilleux la tête mutilée
                       Qui se penche sous les verglas ; 
                  Dans l'air glacé d'un vol lent et sinistre
                  Le hibou blanc erre de toits en toits,
                  Et de l'hiver, officieux ministre,
                  Il remplit l'air de sa funèbre voix. 

           Les flots ont disparu, partout la terre blanche
                       Entoure les sombres forêts ; 
           Du sapin vers le sol bas s'incline la branche
                       Que chargent des frimas épais. 
                  Là, la fumée en rapides nuages
                  S'élève et fuit au-dessus des hameaux,
                  Tandis qu'ici de pesants attelages
                  À petits pas font frémir les coteaux. 

           Dans le fourneau de fonte, au sein de la chaumière, 
                       Bourdonne l'érable des monts ; 
           Les airs sont obscurcis par la neige légère
                       Qui glisse et monte en tourbillons ; 
                  Et le toit crie, et puis dans la fenêtre
                  Le grésil vient sans cesse pétiller ;
                  Mais le vent tombe, et sur le toit champêtre
                  L'astre des nuits se lève et va briller. 

           Mais n'apparait-il pas au sein de la tempête
                       Quelque fois un pâle rayon ?
           Des nuages brisés, il effleure le faîte
                       Des chênes au sommet d'un mont.
                  Dans nos hivers il est des cieux limpides,
                  Des jours sereins où le soleil couchant
                  Semble embraser de ses rayons rapides
                  De nos guérets l'émail étincelant. 

           En quel autre climat la reine du silence
                       Montre-t-elle plus de splendeur ?
           Que j'aime la nuit la plaine immense
                       Resplendissante de blancheur.
                  L'étoile aussi semble embraser les ondes,
                  Comme un géant l'arbre errer dans les champs ;
                  Non, pas un bruit dans les forêts profondes ; 
                  Le calme est vaste et les cieux rayonnants. 

           Et peut-être, pourtant, dans cette nuit si belle
                       Un voyageur las et glacé,
           Écarté sur sa route, et s'arrête et chancelle :
                       À ses yeux tout semble effacé.
                  Le doux sommeil, trahissant sa faiblesse,
                  Vient s'emparer lentement de ses sens,
                  Sommeil fatal dont la perfide ivresse
                  Dans les plaisirs rompt le fil des ans. 

           Mais enfin le printemps s'avance vers l'aurore,
                       Qu'il embellit de tous ses feux. 
           L'hiver, luttant en vain, veut retarder encore,
                       Il sent fuir son char nuageux.
                  Ses yeux aigris respirent la tempête ; 
                  Son bras levé montre encore l'orient ; 
                  Mais les éclairs ont brillé sur sa tête,
                  Devant la foudre, il cède en frémissant. 

                            François-Xavier Garneau* (1840)


Tiré de : Le Répertoire national, vol. 2, Montréal, J. M. Valois et Cie Libraires-Éditeurs, 1893, p. 163-165. Aussi dans : Poésies de François-Xavier Garneau, Québec, Presses de l'Université Laval, 2012, p. 201-203  + p. 381.  

Pour en savoir plus sur François-Xavier Garneau, cliquer ICI

* Explication du poème :  « La campagne de la Canardière, où Garneau avait passé le sinistre hiver 1839, a servi d'inspiration au poète, qui a pu trouver dans la nature un recours, sinon un refuge, loin d'une actualité accablante. Le spectacle du dénuement et des rigueurs de la scène hivernale entretenait chez Garneau des pensées ténébreuses, qui l'accablaient au point de l'empêcher d'écrire. 
La situation politique des Canadiens-français connaissait alors une saison amère après l'écrasement de l'insurrection, la publication de l'inique « Rapport Durham » et l'imposition imminente de l'Union du Haut et du Bas-Canada. 
Pourtant, le silence des grands espaces glacés sous la lune et la blancheur cristalline des nuits apportent un apaisement à l'âme tourmentée du poète et contribuent à rassénérer son esprit, visiblement hanté par le spectre des Patriotes condamnés à la potence. Même la beauté resplendissante de la nuit l'hiver recèle une menace pour le voyageur.
Abîmé dans ses jongleries, le poète veut résister à l'engourdissement général généré par la saison endeuillée. Garneau refuse de s'abandonner au découragement qui l'assaille : il entrevoit qu'après la lutte, même la plus vive, le printemps finira par triompher et la vie par reprendre ses droits.
Cette poésie au ton modulé entre la plainte et l'espoir marque un mouvement qui correspondrait au retour d'un printemps plus serein après un hiver tourmenté ».
(Tiré de : Poésies de François-Xavier Garneau, présentées par Yolande Grisé et Paul Wyczynski, Québec, Presse de l'Université Laval, 2012, p. 378-379). 

Le Répertoire national, où ont été publiées les poésies de François-Xavier
Garneau (deux éditions : 1848 et 1893). Elles ont aussi été publiées 
plus récemment (2012) aux Presses de l'Université Laval, dans un
volume que l'on peut encore commander dans toute bonne librairie.
(Pour informations, cliquer ICI ; cliquer sur l'image pour l'agrandir).