samedi 16 janvier 2021

Dans la rafale

René Chopin (1885-1953)

(Source : Richard Foisy, L'Arche
Montréal, VLB éditeur, 2009)




   Soufflons la lampe et fermons notre porte.
                   Seul, ô Veilleur,
   N'entends-tu pas la lugubre cohorte
                   Du vent hurleur,
   Du vent hagard qui s'acharne à la porte ?

   Dehors, c'est un simoun, c'est la tempête,
                   Le sifflement
   Âpre et strident des fantastiques bêtes
                   Dont le tourment
   S'aigrit, fait rage et s'exalte en tempête.

   On ne voit plus l'œil brouillé des lanternes,
                   Ni les maisons, 
   Ni le long du chemin l'arbre que cerne
                   À gros flocons
   La neige folle où clignent des lanternes. 

   Sens-tu sur tes frissonnantes épaules
                   L'atroce froid
   Qui brûle l'air et qui raidit les Pôles
                   Et qui s'accroît,
   Drapant comme un linceul sur tes épaules ?

   Le vent s'ameute et souffle ses alarmes...
                   Quels sont ces fous
   En liberté qui font un tel vacarme,
                   Fous en courroux
   Qui poussent en clameur leurs cris d'alarmes ?

   Le vent se meurt... comme après les batailles,
                   Dans les fossés
   Rougis du sang qu'ont saigné leurs entailles,
                   D'affreux blessés,
   Agonisant, troués par les mitrailles.

   Puis il s'élève et se lamente encore
                   Et l'on entend,
   Hymne d'angoisse immense qui s'éplore
                   Et qui s'étend,
   L'orgue des vents qui souffle et souffle encore

   Tel un chœur de damnés dans leur géhenne,
                   Tumulte affreux.
   Les vents disent l'effroi, disent la haine,
                   Et, douloureux, 
   S'exaspèrent, damnés dans leur géhenne.

   Soufflons la lampe et fermons notre porte,
                   Seul, ô Veilleur, 
   N'entends-tu pas la lugubre cohorte 
                   Du vent hurleur,
   Du vent hagard qui s'acharne à la porte ?

                                    René Chopin (1913)



Tiré de : René Chopin, Le cœur en exil, deuxième édition, Georges Crès et Cie, 1913, p. 73-75.   

Pour en savoir plus sur René Chopin, poète montréalais, voyez les informations et documents sous ses poèmes Vision nocturne ; La mort d'un hêtre ; Le plaisir d'entendre les grenouilles ; Octobre.

Dans la rafale, ci-haut, est tiré du recueil
Le coeur en exil, de René Chopin. 

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)
 
Dédicace manuscrite de René Chopin dans Dominantes
son deuxième recueil de poésies paru en 1933.

(Collection Daniel Laprès ;
cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


mercredi 13 janvier 2021

Chant du soir

Benjamin Sulte (1841-1923)

(Source : Hélène Marcotte, Benjamin
Sulte, cet inlassable semeur d'écrits
)





                 À mon ami Oscar Dunn.


   J'aime entendre l'écho des fraîches sérénades
   Mollement apporté par les brises de la nuit,
   Ou le bruyant appel des folles mascarades
         Faisant la guerre au sombre ennui. 

   J'aime entendre le soir les fanfares lointaines
         Des bouviers guidant les troupeaux ; 
   J'aime entendre tomber au bassin des fontaines
         Les gouttes du cristal  des eaux. 

   J'aime les soirs d'été, si beaux dans nos campagnes,
   Si chers au travailleur qui recherche le frais,
   Quand le vent parfumé qui descend des montagnes
   Nous apporte en passant les concerts des forêts. 

   J'aime nos bois touffus, nos riantes collines,
   Où m'écartent souvent de fantasques esprits,
   Lorsque, fuyant toujours les routes trop voisines,
   J'enfonce plus en plus, songeur, dans les taillis.

   Là, qu'une source pure en murmurant m'arrête,
         M'invitant à me rafraîchir,
   Comme l'oiseau distrait, ma muse toujours prête
   S'abat sur la pelouse où l'onde aime à courir. 

   Je vais papillonnant par les champs de l'espace,
         Plongeant dans un vague enchanteur, 
   Oublieux des regrets dont ma pensée est lasse,
   Heureux d'être incompris et seul dans mon bonheur.

   Le soleil qui s'enfuit marque de flots rougeâtres
         Les bords du lointain horizon ;
   L'ombre des sapins verts tremble aux lueurs fôlatres
         Du jour mourant sur le gazon.

   Le ruisseau, calme et pur, coule ses eaux tranquilles
         Sur sa couche de blancs cailloux.
   La rivière se tait en contournant ses îles
         Et s'endort sur le sable doux. 

   Seul avec ma pensée, au pied rugueux d'un hêtre,
         Je viens m'asseoir silencieux,
   Ému par ce tableau que j'apprends à connaître
         Et dont l'artiste est dans les cieux. 

   C'est l'heure où les enfants, tapis près de leurs mères,
   Écoutent, frissonnants, les récits redoutés,
   Où l'esprit, dominé par de vaines chimères,
   Croit voir des revenants surgir de tous côtés. 

   Alors, à travers champs, que les vieilles ballades
   Viennent remplir les airs d'un charme accoutumé :
   Avec ses airs traînants, ses bizarres roulades
   Et ses vieux souvenirs d'un passé bien-aimé, 
   Qu'un chant de voyageur, héroïque et sonore,
   Me berce brusquement au coup des avirons ; 
   Que la voix d'un conteur dise et redise encore
         La légende des environs,
   J'écoute avec amour ces poèmes étranges
         Dont les héros sont oubliés,
   Et je crois voir glisser leurs vaillantes phalanges
         Dans les cimes des peupliers !

   Sur tout ce qui m'entoure, arbres, fleurs et prairie,
   Je retrouve un amour perdu dans le passé,
   Un écho de mon cœur, un reflet de ma vie
   Étouffé quelquefois, mais jamais effacé !

   Les champs couverts d'épis caressés par la brise,
   Qui mêle leur senteur à l'arôme des bois ; 
   Dans l'air un son plaintif comme un luth qui se brise
   Avec des mots touchants qui pleurent dans la voix.

   Le soleil s'est perdu par-delà la colline,
   L'astre des nuits nous jette un éclat incertain,
   Et ce rayon discret, qui jusqu'à moi s'incline,
   Reporte ma pensée en un site lointain...

   Ô champs où le destin n'a pas tracé ma vie,
   Puissiez-vous me revoir comme un de vos enfants,
   Mêlant mon existence à la leur que j'envie,
   Pour me faire oublier de trop cruels instants ! 

   C'est à vous que toujours vient mon âme isolée
         Avide de recueillement,
   Car pour se retremper, la pauvre désolée
   Vers de bruyants plaisirs s'en irait vainement. 

   Qu'il est bon de goûter, à ces heures chéries,
   La paix d'un cœur tranquille en dépit de ses maux,
   Et de laisser venir les douces rêveries
   Nous ravir à la terre au bruit mourant des eaux. 

   Qui ne serait poète en ces moments étranges
   Où rien n'attache plus nos regards ici-bas,
   Tandis que l'âme, enfin, s'envole avec les anges
   Qui dans l'ombre des nuits l'attirent vers leurs bras !

                                   Benjamin Sulte (1869) 



Tiré de : Benjamin Sulte, Les Laurentiennes, Montréal, Eusèbe Senécal imprimeur-éditeur, 1870, p. 173-177. 

Pour en savoir plus sur Benjamin Sulte, cliquer ICI

Voyez également les documents biographiques et iconographiques sous les autres poèmes de Benjamin Sulte présentés par les Poésies québécoises oubliées


Voyez également l'Épitre à mon ami Sulte, de Pamphile Le May. 


Chant du soir, ci-haut, est tiré du recueil
Les Laurentiennes, de Benjamin Sulte. On
peut télécharger gratuitement ce recueil ICI.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Dédicace manuscrite de Benjamin Sulte dans
son recueil Chants nouveaux (1880). 

(Collection Daniel Laprès ;
cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Buste de Benjamin Sulte au parc Champlain, à Trois-Rivières.

(Photo : Daniel Robert ; source : Wikipedia)
Benjamin Sulte repose au cimetière Saint-Louis, à Trois-Rivières.

(Photo : Daniel Laprès, 2016)

dimanche 10 janvier 2021

L'hiver

Clara Lanctôt (1886-1958)

(Source : Georges Bellerive, Brèves
apologies de nos auteurs féminins
)




   Le soleil d'hiver nous cache ses feux.
   Je ne connais plus les charmantes heures
   Qui berçaient d'espoir mes jours soucieux...
   Le froid est en moi qui clôt nos demeures.

   Tous les bruits aimés, venant du dehors, 
   Ne m'arrivent plus qu'en rumeurs lointaines ;
   Le silence lourd m'environne alors,
   Et plus tristement je pense à mes peines.

   Souvent à ma porte où l'on vient heurter,
   J'entends murmurer une voix plaintive ;
   Et vers moi se tend pour solliciter
   L'aumône du pain, quelque main craintive.

   Le terrible hiver a tant de rigueur
   Que les malheureux parfois y succombent :
   La sombre misère atteint jusqu'au cœur 
   Ceux à qui, hélas ! tous les maux incombent. 

   Décembre a coulé déjà de longs jours,
   Et le sol est nu sous un ciel plus pâle ;
   Les oiseaux ont fui les arbres, les tours,
   Chassés par le froid et par la rafale. 

   La nature est morne, et c'est le désert
   Dans les champs, au bois ainsi qu'à la ville ; 
   La fumée est basse et le ciel couvert
   De nuages gris aux teintes d'argile.

   Mais ce voile opaque éclipsant l'azur 
   Nous recèle-t-il quelque doux présage ?
   Que promet-il donc ? Est-ce un jour plus pur
   Découvrant aux yeux un brillant mirage ?

   Voici que dans l'air, de légers flocons, 
   Pétales de lis, ou bien aile d'ange, 
   Descendant des cieux en blancs tourbillons,
   Accrochant partout une mince frange.

   Couvrant de blancheur les plus hauts sommets,
   Jetant à l'entour un manteau d'hermine,
   Recouvrant le sol de mousseux duvets,
   Collant à la vitre une gaze fine.

   Du blanc et du blanc, clair, immaculé,
   Au ciel, sur la terre et dans tout l'espace...
   Les yeux sont ravis, le cœur consolé : 
   Au rigide hiver, qui ne ferait grâce ?...

                              Clara Lanctôt (1930) 



Tiré de : Clara Lanctôt, Visions encloses, Victoriaville, La Voix des Bois-Francs, 1930, p. 91-93.

Pour en savoir plus sur Clara Lanctôt, voyez les informations et documents sous ses poèmes Le matin ; Le ruisseau ; Noël vécu.  


L'hiver, ci-haut, est tiré de Visions encloses,
recueil de poésies de Clara Lanctôt. 

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Clara Lanctôt fait partie des 100 poètes présentés dans 
Nos poésies oubliées, un volume paru en septembre 2020 
dans une édition unique et limitée. Pour se procurer l'un des 
quelques exemplaires encore disponibles, et dont chacun 
est spécialement numéroté et inscrit à la main au nom
de l'acheteur ou de la personne à qui il est offert, 
cliquez sur l'image ci-dessous pour prendre connaissance 
des modalités d'acquisition par Paypal, Interac ou chèque, 
ou cliquer ICI pour une commande par carte de crédit : 


mercredi 6 janvier 2021

Le chant des hivers

Rivière Saint-Maurice (1973), par Léo Ayotte

(Source : Léo Ayotte, Rimouski, Promotions Mon Québec, 1975)




   Ô fils du Continent ; citadin, campagnard, 
   Qui souffres d'aventure autant qu'un montagnard,
   N'as-tupas observé que l'automne éparpille
   Sa rousseur corruptrice et mortelle qui pille
   Les sauvages édens que Dieu met dans les bois ?
   Qu'il chagrine la vie et le temps pour des mois ; 
   Qu'il arrache partout à l'arbre son feuillage,
   Et par un geste dur de monstre qui voyage
   Au gré sournois des vents sortis des fonds du Nord,
   Qu'il fait rugir ses coups par des actes de mort ?

   Être fort ! n'as-tu pas observé que son aile,
   Qui s'abat implacable et par heurts si divers,
   Engourdit les forêts où, brusquement, il hèle
   La tourmente et le froid qu'on nomme les hivers ?

   Et vous, vieillards si droits qu'honorent tant d'années.
   Ô tenaces vainqueurs des afflictions nées !
   N'avez-vous pas compris, au boréal réveil,
   Que le Destin soumet la chair par le sommeil ?
   Qu'il jette neige et glace à l'homme, à la nature,
   Et qu'il protège un peu les lots de sépulture
   Pour que les morts, au lit du repos éternel,
   S'évitent les froids vifs qui descendent du ciel ?
   N'avez-vous pas senti qu'il est bien l'apanage
   De vos corps sans cristaux et du long surmenage
   Qui ralentit le monde, emporté comme vous,
   À la loi du grand Dieu s'infiltrant n'importe où ?

   Les hivers, le Destin, ces traqueurs d'existence,
   Sont le gel qui saisit la force et la vaillance ! 

   Quand viennent les hivers des pays enneigés
   D'Alaska, du Yukon et des hauts pics glacés,
   Quand ils forcent le vent aux logis, sous les clenches, 
   Et qu'ils pressent le sol de leurs couvertes blanches,
   Ils chantent le repos, à travers le pays ! 
   La Terre fait l'esclave aux gels, aux éboulis,
   Aux matins secs, aux jours sans soleil, comme aux heures
   Qui nous tiendront enclos dans nos chaudes demeures : 
   Les époux, grelottant, se servent de la nuit
   Et s'étreignent dans l'ombre, et la chair leur sourit,
   Comme celle des bessons perdus dans leurs laines !
 
   Le poète répond, féru de vigueurs pleines : 
   Vous nous venez de loin, et grandes sont vos voix,
   Ô Saisons de Borée, ô glacials convois,
   Que les mois ont chargé des plus longues tempêtes,
   Hivers doux, hivers froids, semeurs blancs que vous êtes !

   Vous nous appelez tous à la joie, à l'amour,
   Au plaisir de veiller fans nos longs soirs d'humour,
   Quand s'emplissent nos sens de chansons et de fêtes : 
   La maison craque en rires et les cœurs ont des faîtes, 
   Comme les monts transis et nus de leur orgueil ;
   Nous étouffons d'un coup la souffrance et le deuil ;
   La danse nous égaie et la ronde démente
   Cicatrise tous ceux que le malheur tourmente.
   Ô bouches de l'Arctique, ô froideurs qui cinglez
   La Terre et le Temps où l'homme est prédestiné ! 

                                     Georges Boiteau (1949)



Tiré de : Georges Boiteau, Aux souffles du pays, Québec, Les Éditions du Quartier Latin, 1949, p. 45-47.   

Pour en savoir plus sur Georges Boiteau, voyez la notice biographique et les documents sous son poème L'invitation à la forêt

Georges Boiteau (1912-1972)

(Source : Dictionnaire Guérin des poètes d'ici
de 1606 à nos jours
, Montréal, Fides, 2005)

Le poème Le chant des hivers, ci-haut,
est tiré d'Aux souffles du pays, recueil
de Georges Boiteau.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Dédicace manuscrite de Georges Boiteau dans
son recueil Aux souffles du pays.

(Collection Daniel Laprès ;
cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Georges Boiteau fait partie des 100 poètes présentés dans 
Nos poésies oubliées, un volume paru en septembre 2020 
dans une édition unique et limitée. Pour se procurer l'un des 
quelques exemplaires encore disponibles, et dont chacun 
est spécialement numéroté et inscrit à la main au nom
de l'acheteur ou de la personne à qui il est offert, 
cliquez sur l'image ci-dessous pour prendre connaissance 
des modalités d'acquisition par Paypal, Interac ou chèque, 
ou cliquer ICI pour une commande par carte de crédit : 


dimanche 3 janvier 2021

Janvier

Le pont de glace par Clarence Gagnon

(Source : Pierre-Georges Roy, L'île d'Orléans, Québec, 1928)




   Il fait froid. Les blizzards soufflent, et nul rayon
   Ne dore des forêts les blancheurs infinies ;
   Mais Noël sur nos seuils laissa comme un sillon
   De clartés, de parfums, de paix et d'harmonies.

   Et sur l'épais verglas des chemins boulineux,
   Sur les trottoirs glissants et clairs comme l'agate,
   Dans les logis obscurs, sous les toits lumineux, 
   L'allégresse loquace et tapageuse éclate.

   En vain la neige à flots tombe des cieux brouillés,
   En vain le grand réseau polaire nous enlace,
   En vain le fouet du vent nous flagelle la face,
   Nos cœurs ont la chaleur des bords ensoleillés.

   Nos cœurs français n'ont rien des froideurs de la bise
   Qui tord l'arbre souffrant et mort presque à moitié,
   Et nous nous enivrons de la senteur exquise
   Qu'épanche sur nos fronts l'arbre de l'Amitié. 

   Ce vif rayonnement de joie en tous sens brille
   Et glisse jusqu'au gîte isolé du colon.
   Aux tables des fricots le sel gaulois pétille,
   Et tout un monde gigue au son du violon.

   Les somptueux salons sont ruisselants de flammes,
   Et sous le flamboiement des lustres de cristal,
   Comme un écho divin, la musique du bal
   Emporte en ses replis prestigieux les âmes.

   Dans tout cercle du soir plus vive est la gaieté,
   Pendant que sur les toits sanglote la rafale,
   Ou qu'au ciel éclairci l'aurore boréale
   Déroule les splendeurs de son voile enchanté.

                                 William Chapman (1912)



Tiré de : William Chapman, Les fleurs de givre, Paris, Éditions de la Revue des poètes, 1912, p. 47-48. 

Pour en savoir plus sur William Chapmancliquer ICI

De William Chapman les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : 

― À Percé ;


William Chapman (1850-1917)

(Source : BANQ)

Le poème Janvier, ci-haut, est tiré du recueil
de William Chapman, Les fleurs de givre, que
l'on peut télécharger gratuitement ICI

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


jeudi 31 décembre 2020

Le Nouvel An

La poudrerie par Léo Ayotte, 1973.

(Source : Ayotte Mon Québec, Promotion Mon Québec, Rimouski, 1973.




   Toute pâle et frissonnante,
   Sous le froid vent de la nuit,
   Sur la terre blanchissante
   La neige tombe sans bruit.

   Auprès de la flamme claire
              Du foyer,
   J'aime à rester solitaire
              Pour rêver. 

   Je songe à l'an qui s'avance,
   Tout aimable et tout joyeux,
   Rempli de foi, d'espérance
   Et de rêves radieux. 

   Pur et frais comme la neige,
              Confiant,
   Il vient suivi d'un cortège
              Souriant. 

   Mais un long soupir se mêle
   Au son du vent gémissant.
   Et j'entends le bruit d'une aile,
   Je vois une ombre passant. 

   C'est la pauvre vieille année
              Qui s'enfuit,
   Souveraine détrônée,
              Dans la nuit. 

            Anna-Marie Duval-Thibault
(1888)



Tiré de : Mme Duval-Thibault, Fleurs du printemps, Fall River (Massachusetts), Société de publication de l'Indépendant, 1892, p. 129-130. 

Pour en savoir plus sur Anna-Marie Duval-Thibault, voyez la notice biographique et les documents présentés sous son poème Le ruisseau qui murmure

D'Anna-Marie Duval-Thibault, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté Les marches naturelles de la rivière Montmorency La fauvette, ; Trèfle rouge et trèfle blanc. Voyez également le poème que François-Xavier Burque lui a dédié : Paroles de reconnaissance à Madame Duval-Thibault

Anna-Marie Duval-Thibault (1862-1958)

(Source : magazine Le coin du feu, février 1893)

Le poème Le Nouvel An, ci-haut, est tiré du recueil
Fleurs de printemps, d'Anna-Marie Duval-Thibault,
dont on peut télécharger un exemplaire ICI

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Anna-Marie Duval-Thibault fait partie des 100 poètes présentés dans 
Nos poésies oubliées, un volume paru en septembre 2020 
dans une édition unique et limitée. Pour se procurer l'un des 
quelques exemplaires encore disponibles, et dont chacun 
est spécialement numéroté et inscrit à la main au nom
de l'acheteur ou de la personne à qui il est offert, 
cliquez sur l'image ci-dessous pour prendre connaissance 
des modalités d'acquisition par Paypal, Interac ou chèque, 
ou cliquer ICI pour une commande par carte de crédit :