mercredi 13 octobre 2021

Le poète malheureux

Tombe de Charles Lévesque (1817-1859) au cimetière de
Sainte-Mélanie, dans la région de Lanaudière (Québec). 

(Sources : Monument funéraire : Daniel Laprès, 10 octobre 2021 ;
portrait de Charles Lévesque : Le Répertoire national, volume 4,
deuxième édition, Montréal, J. M. Valois & Cie, 1893.




               Au banquet de la vie, infortuné convive,
                              J'apparus un jour, et je meurs :
               Je meurs, et sur la tombe où lentement j'arrive,
                              Nul ne viendra verser des pleurs.
                                                              - Nicolas Gilbert 



   Pourquoi chercher encor de ces bois le feuillage,
                     La solitude a ses attraits.
   Plus de gaieté profane ! ― À l'ombre des bosquets
                     Je vais écouter le ramage
                     Du bel oiseau de nos forêts.
                           Séduisante nature, 
                           J'admire tes tableaux !
                           La richesse de ta parure
                           Réjouirait tant mes pinceaux.
                           Mais un triste délire
                           S'empare de mon cœur,
                           J'éveille la douleur !...
   Sur un autre sujet j'essayerai ma lyre. 

                           Si j'entrouvre ta tombe, 
                           Pardonne à ma témérité. 
                           Le talent qui succombe 
                           A droit à l'immortalité.
   Tes ossements sont froids : hélas ! ta cendre,
                           Couverte d'un linceul, 
                           Dans son lugubre cercueil,
                           Refuse de se répandre,
   Je vois ton front revêtu d'un laurier,
                           Si brillant et si chargé de gloire ―
   Toi, tu croyais qu'on pourrait t'oublier ―
                           Tu vis au temple de mémoire !

                           De la Saône, ta rive,
                           Quelle vague plaintive
                           T'a dit d'être malheureux ?
                           Quel éclat de tonnerre, 
                           « Sublime comme les cieux »
                           T'a renversé par terre ?

   Périt-il le génie ! ― Il renaît de lui-même.
                    Il embrasse l'univers : 
   Plus que les conquérants, il porte un diadème ―
                    Le monde de concert
   Honore ses vertus ― la noble intelligence,
                    Arbitre de faveurs,
   Sur ses malheurs passés témoigne sa souffrance,
                    Et puis verse ses pleurs.

   Quel astre lumineux éclaira ta carrière ?
                    Mais tu n'as vécu qu'un jour,
   Et riche de ses dons, a prêté sa lumière
                    À ton poétique amour. 

                    Ta lyre harmonieuse
                    A touché plus d'un cœur ! 
          De pompeux novateurs, la phalange envieuse
          A reculé devant ta future grandeur ! ―

          Et que leur ont servi leur vanité superbe,
          L'encens à leur veau d'or, leur folle prétention ?
          Pensaient-ils à leur fin, à ce convoi funèbre
                     Qui rit de l'ambition ―
          La France a tant gémi de leur perversité ―
                 Combien avaient creusé l'abîme !
          Triomphèrent-ils tous avec impunité ?...
                 Tu fus leur première victime !

                    Séjour des bienheureux,
                    Dans les champs Élysées,
                    Que de noms glorieux
           Ont accueilli tes augustes pensées ! 
           Homère t'appela du beau nom de poète ―
                     Salut de fraternité !
                     Racine a couronné ta tête
                     Des fleurs de l'immortalité. 

            Ô Gilbert, tes accents exercent leur empire,
                     Ta poésie a son autel ―
                     Ici, mon âme qui soupire,
            En méditant tes vers, s'élève jusqu'au ciel !...

                              Charles Lévesque* (Berthier, 24 juin 1849)



Tiré de : Yolande Grisé et Jeanne d'Arc Lortie, Les textes poétiques du Canada français (1806-1867), volume 4, Montréal, Fides, 1991, p. 961-963. Le poème est originellement paru le 5 juillet 1849 dans L'Écho des campagnes.


   Charles Lévesque est né à Montréal le 20 octobre 1817, de Marc-Antoine-Louis Lévesque, avocat, et de Charlotte-Mélanie Panet, fille du juge Pierre-Louis Panet de Québec.
   Après ses études classiques au Collège de Montréal, il s’inscrivit en droit mais, s'étant engagé avec les Patriotes, il dut se réfugier aux États-Unis suite à l’insurrection de 1837. Son frère cadet, Guillaume, fut condamné à mort mais échappa à l’échafaud et dut s'exiler en France.
   De retour au pays en 1839, Charles Lévesque reprit ses études et fut admis au Barreau de Montréal dès l’année suivante. Il ouvrit dès lors un cabinet à Berthier.
   Le 14 juin 1843, il épousa Marie Julie Jessie Morrison, native de l’Ouest américain, mais onze mois plus tard, celle-ci mourut en donnant naissance à leur fille, Jessie-Béatrice. Brisé par la douleur, Charles Lévesque se retira auprès de sa mère à Sainte-Mélanie (Lanaudière) et chercha asile dans la chasse et la poésie.
   Il a publié de nombreux poèmes dans divers périodiques, dont La Revue canadienne, L’Aurore des Canadas, L’Écho des campagnes, La Minerve, etc. Selon la critique littéraire et spécialiste de la poésie canadienne-française Jeanne d’Arc Lortie, « la critique a parfois reproché à Lévesque l’obscurité de sa pensée. Mais on a loué son imagination ardente, sa riche sensibilité, la douceur et l’abondance de son inspiration, son attrait pour le beau et pour les sujets canadiens, sa tendance à moraliser, toutes choses qui sont dans le goût de ses contemporains. On n’a pas assez noté la contribution qu’il a apportée à notre jeune littérature par son intérêt pour les auteurs étrangers, surtout américains, qu’il traduit, qu’il imite et dont il parle. Par exemple, il consacre une étude à l’anti-esclavagiste Harriet Beecher Stowe, une autre à l’Évangéline de Longfellow ».
   Le 3 novembre 1859, on a trouvé Charles Lévesque mort au pied d’un arbre dans la forêt de Sainte-Mélanie, la tempe trouée et son fusil déchargé près de lui. Il est inhumé au cimetière de Sainte-Mélanie, où son monument funéraire est encore visible. Le nom de la municipalité de Sainte-Mélanie rappelle le souvenir de sa mère, inhumée aux côtés de ses fils Charles et Guillaume, morts avant elle.
(Sources : Jeanne d'Arc Lortie, La poésie nationaliste au Canada français (1606-1867), Québec, Presses de l'Université Laval, 1975, p. 291-302 ; Biographi.ca ; Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, tome 1, Montréal, Fides, 1980, p. 591). 


Charles Lévesque est, avec son poème Bienfaits, le tout premier poète présenté par les Poésies québécoises oubliées, qui ont également présenté ses poèmes Pour le coucher d'un enfant et Matinée poétique : le rossignol (cliquer sur les titres des poèmes pour y accéder). Il figure également dans le volume premier de Nos poésies oubliées (voir ci-dessous) paru en septembre 2020. Voyez aussi, de son frère Guillaume, le poème La feuille au vent, ou l'exil.  


Dans son poème Le poète malheureux, ci-haut, Charles Lévesque
s'adresse au poète français Nicolas Gilbert (1750-1780). Pour en 
savoir plus sur celui-ci, cliquer ICI.

Le poème Le poète malheureux, ci-haut, de
Charles Lévesque, est tiré du volume 4 des
Textes poétiques du Canada français.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)


La mort tragique de Charles Lévesque a été rapportée dans 
le journal Le Canadien du 14 novembre 1859. Il est à 
noter que son suicide apparent y est plutôt décrit comme
un accident de chasse.

(Source : BANQ)

Mention de la mort tragique de Charles Lévesque dans le numéro de novembre
1859 du Journal de l'Instruction publique, dont le fondateur est Pierre-J.-O. Chauveau. 
On y remarque aussi l'explication du décès par l'accident de chasse.

(Source : BANQ

Détail du monument funéraire au pied duquel repose
Charles Lévesque au cimetière de Sainte-Mélanie.

(Photo : Daniel Laprès, 10 octobre 2021)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

dimanche 10 octobre 2021

L'École littéraire de Montréal

Membres de l'École littéraire de Montréal en 1921, dont plusieurs sont mentionnés
 dans le poème ci-dessous d'Albert Boisjoly : #1 : Lionel Léveillé, alias Englebert
 Gallèze ; #2 : Alphonse Beauregard ; #3 : Germain Beaulieu ; #4 : Roger Maillet ; 
#5 : Victor Barbeau ; #6 : Joseph-Arthur Lapointe ; #7 : Albert Maillé, alias
« Albert Dreux », #8 : Albert Laberge ; #9 : Henri Letondal ; #10 : Ubald
Paquin ; #11 : Albert Boisjoly (auteur du poème ci-dessous) ; #12 : Isaïe
Nantais
; 13 : Berthelot Brunet.
 

(Source : Richard Foisy, L'Arche, un atelier d'artistes dans
le Vieux-Montréal
, Montréal, VLB Éditeur, 2009, p. 108 ;
 cliquer sur l'image pour l'élargir)




(Pour en savoir plus sur les personnages évoqués dans le poème, cliquer sur leurs noms)



            RÉMINISCENCES

   Où sont, dirait Villon, ces écrivains d'antan ?
   Quelques-uns sont partis et triment chez Satan
   Ou chez les séraphins s'exercent sur la harpe !
   Mais les vivants ? Ceux-là dont la muse en écharpe
   Parvenait à vibrer aux soubresauts du cœur ?
   Ceux-là qui se donnaient de l'encensoir vainqueur : 
   Du dramaturge éphèbe au vieux pamphlétaire ?
   Ceux qui virent grandir l'École littéraire
   Et la virent tomber ? ― Combien ont survécu
   Aux rudes coups du temps, qui m'a quasi vaincu ?

   Germain Beaulieu, ce doux artiste, presque aveugle,
   Préférant l'orthoptère à la vache qui beugle,
   Et qui, certaine fois, ne sachant pas tirer 
   Mais chassant une grive, en fut triste à pleurer  !

   Léveillé, l'Englebert Gallèze de ces dames, 
   Qui racontait en vers de si tragiques drames ;
   Ce chantre canadien qui, plus fort que Pagnol, 
   Sut donner tant d'accent au joyeux rossignol(1)
   Que nous ne savons plus sur quelle note il chante ;
   Ce Prince de la Belle au Bois, vraiment méchante,
   Qui feignait de dormir tandis qu'il en rêvait
   À la claire fontaine où son cœur s'abreuvait  !

   Et Dreux, ce rondelet amant de Polymnie
   Qui trouva que les soirs d'amour sont au génie
   Ce que la blonde bière est aux reins maladifs
   Et qui vient m'avouer, pris de regrets tardifs,
   Qu'une Margot dodue, en chair tendre et peu rare,
   Vaut mieux qu'une Vénus en marbre de Carrare

   Où sont-ils maintenant ? Ferland, ce bûcheron
   Qui chanta son pays comme un fier ouaouaron(2)
   Dumont, le taciturne et généreux libraire 
   Qui vivait pour ouïr comme d'autres pour braire ;
   Loranger, le maçon de ces vers ambigus 
   Qui me donnaient, hélas ! des maux de tête aigus ;
   Lapointe, caressant Euterpe bien-aimée
   Avec du reportage en gazette rimée(3)
   Ceux-là sont morts, s'il faut en croire les journaux,
   Et font dans la musique ou dans les hauts fourneaux.

   Mais Laberge ! Le père immortel de La Scouine,
   Qui fouillait la beauté de son regard de fouine
   Et qui, ne pouvant pas se nourrir de lauriers, 
   Assujettit son âme aux travaux roturiers  !
   Vit-il encore ? A-t-il atteint l'âge bonasse 
   Où l'on occupe un siège au Sénat du Parnasse ?

   Qui venait à l'École en bombant le poitrail
   Et qui, sans dérougir et sans craindre Valdombre,
   Lisait jusqu'au matin des chapitres sans nombre !
   Ployé sous le remords, couvert de talismans, 
   Croit-il bon d'expier en lisant ses romans ?

   Et Doucet ? Ce Breton bretonnant sans vergogne, 
   Prince à Québec, ailleurs ce poète-cigogne 
   Qui, bien avant Poirier, eut la distinction 
   D'unir deux fiers prénoms par un trait d'union ! 
   Un soir, qu'il présidait un banquet au blé d'Inde
   Où s'étaient réunis les montagnards de Pinde
   Il dit, en promenant sur nous son œil pensif,
   ― Je n'ai pas de vaisseau taillé dans l'or massif
   Et je me sers toujours du vieux canot d'écorce. ―
   Après un court instant, il se gonflait le torse 
   Pour alors ajouter, dans son plus pur français : 
   ― Ramez, mes chers amis, ramez : c'est le succès ! ―

   D'autres sont bien vivants, et que Dieu m'en protège ! 
   L'esculape Boucher, et Denis(4), le stratège ; 
   Panneton, ce docteur qui se fit arpenteur ;
   Barbeau, le grammairien et le dissertateur ! 

   Et Berthelot Brunet ? Certes, il vit encore ! 
   J'entends, même d'ici, sa voix mâle et sonore
   Sermonner Armandine, et de belle façon,
   Pour un malheureux trou laissé dans un chausson.
   Se souvient-il toujours de ces soirs, à l'École, 
   Où je lisais souvent, selon le protocole, 
   Des poèmes trop longs forgés dans mon cerveau ?
   Tout le monde bâillait et j'avais l'air d'un veau ;
   Je voyais dans les yeux des lueurs d'ironie.
   Mais Dumont me soufflait : ― Vous avez du génie. ―
   Comme Brunet le voit, je n'ai guère changé,
   Nonobstant mon gros ventre et mon cœur plus chargé : 
   J'écris, comme autrefois, des poèmes trop longs.

   Puisqu'il nous faut parler des bien vivants, parlons
   De Valdombre, un fameux et bouillant pamphlétaire
   Obligeant, par plaisir, le tonnerre à se taire
   Comme avec le soleil s'amusait Josué
   Ce maître, après avoir cherché, peiné, sué, 
   Se découvrit, un jour, une double nature, 
   Espèce de Jekyll et Hyde en miniature,
   Et devint, d'un seul coup de son cerveau d'acier,
   Valdombre, pamphlétaire, et Grignon, romancier ! 
   On n'oubliera jamais cette innocente table
   Qui s'écroulait, un soir, de façon lamentable
   Quand ce Titan, lisant un écrit valeureux, 
   Martelait de ses poings le mobilier de Dreux ! 
   Aujourd'hui, possesseur d'une formule neuve, 
   Il nous fait admirer, dans un beau roman-fleuve,
   Un héros amassant les piastres sac par sac, 
   Comme n'en a jamais conçu le vieux Balzac. 
   Plus mâle que Paquin s'il est moins prolifique, 
   Grignon a su bâtir une œuvre magnifique ! 

   Letondal n'est pas mort ! C'est même un bon vivant 
   Qui nous pend, sans effort, un calembour savant, 
   Et qui fait dans le drame et dans la comédie
   Au point que "mame" Gouin en est abasourdie !
   Roland, prêt à briser sa fière Durandal
   Se tourna vers Alpha Tondal ― dit le Tondal ―
   Pour dire, amèrement : ― Si le vieux Charlemagne,
   Assis devant un plat d'escargots au champagne,
   Préfère au son du cor les propos de Denis, 
   Tondal, mon cher copain, nous sommes tous finis ! 
   Mais avant de briser sur le roc mon épée,
   Et pour mourir en paix au seuil de l'épopée, 
   Il me faut ton pardon !... Alpha, pardonne-moi !...
   Je t'ai si mal prouvé mon amitié pour toi. 

   Dumont, qui ramassa cette miette historique
   Dans un grimoire ancien écrit en hébraïque,
   A toujours prétendu, document à l'appui, 
   Que le sang de Roland bout encore aujourd'hui. 
   Jamais un Letondal, petit ou grand de taille, 
   Ne refuse un défi, n'évite une bataille ; 
   C'est pourquoi notre Henri, dans un exploit nouveau,
   Oppose à Séraphin l'intrépide Bravo !

   Et voilà tous ces preux que j'ai connus naguère !
   Du sobre grammairien au stratège de guerre, 
   Sans compter Beauregard, le parfait magister,
   Maillet, ce vieil ami de l'aïeul De Kuyper,
   Et Desaulniers, le doux, le suave poète
   Qui traçait dans l'azur un lent vol de mouette !

   Mais combien, des vivants, se rappellent de moi ?
   L'autre jour, je sentis mon cœur s'emplir d'émoi
   Quand Valdombre, essouflé, me défonça le ventre
   En sortant d'un bistro comme un ours de son antre,
   Et sans dire : ― Bonjour ! ― ou même s'excuser !
   Mais je me souviens d'eux, et c'est pour m'amuser
   Autant que pour troubler ce vieux Brunet que j'aime,
   Que je les ai dépeints en un si long poème ; 
   Un vrai poème-fleuve, écrit sans style afin
   D'imiter ces romans qui s'allongent sans fin ! 

                                         Albert Boisjoly(1944)



Poème paru dans les quotidiens Le Devoir du 10 juin 1944 et Le Droit du 29 juillet 1944.

(1) : Boisjoly évoque ici le recueil de poésies intitulé Chante Rossignol, chante, que Lionel Léveillé alias « Englebert Gallèze » a publié en 1925.  

(2) : Évocation du poème Les ouaouarons, inclus dans le livre troisième du recueil d'Albert Ferland, Le Canada chanté, paru en 1909. 

(3) : Une « gazette rimée » est un petit poème léger et humoristique sur un fait d'actualité et publié dans les journaux. 

(4) : Il s'agit probablement du journaliste Fernand Denis (1900-1975), cofondateur avec Roger Maillet du Petit Journal. Maillet est également évoqué dans le poème. 


*  Albert Boisjoly est né à Montréal le 8 février 1901, d'Ulric Boisjoly, cordonnier et chauffeur de tramway, et d'Anna Martineau. On ne dispose jusqu'à présent d'aucune information quant aux institutions d'enseignement qu'il a fréquentées. Il pratiqua la profession de comptable.
   Il fit preuve d'un talent littéraire précoce. Dès l'âge de seize ans, ses poèmes étaient acceptés par divers journaux. En 1921, à l'âge d'à peine vingt ans, il fut recruté par Englebert Gallèze et admis au sein de l'École littéraire de Montréal, dont il fut le cadet et le secrétaire en 1923-1924.
   On retrouve de ses poésies dans les journaux et périodiques suivants, à partir de 1917 jusqu'à 1948 : Le Passe-Temps ; Le Canard ; Le Devoir ; Le Pays ; Le Bulletin des agriculteurs ; Le Droit ; Le Canada.
  Il prit part à certains débats et polémiques littéraires et politiques. Nationaliste, il a notamment critiqué sévèrement les adeptes du parti libéral dans un poème, Le Héros, paru dans Le Devoir en 1944. Dans les journaux et périodiques, l'orthographe de son patronyme s'écrit indifféremment Boisjoly ou Boisjoli.
   Durant les années 1940, il avait fondé les Éditions Boisjoly, qui publiaient des romans en format bon marché signés par lui-même ou par d'autres auteurs.
   Albert Boisjoly est mort à Montréal le 10 novembre 1951. Il avait épousé Alice Bourgeois le 7 septembre 1920, à la paroisse Saint-Édouard de Montréal. 
(Sources : La Patrie, 20 novembre 1951 ; Ancestry.ca ; Germain Beaulieu, Nos immortels, Montréal, Éditions Albert Lévesque, 1931, p. 41-47).

Pour en savoir plus sur Albert Boisjoly, voyez le volumineux dossier sous son poème La nuit et le poète (cliquer sur le titre).


Albert Boisjoly (1901-1951)

(Photo tirée d'une mosaïque de portraits des
membres de l'École littéraire de Montréal en
1921, publiée dans Richard Foisy, L'Arche)



Pour en savoir plus sur l'École littéraire de Montréal
 et ses membres dont il est fait état dans le poème
d'Albert Boisjoly ci-haut, cliquer sur cette image : 


Caricature d'Albert Boisjoly par 
Albéric Bourgeois dans Nos
immortels
, de Germain Beaulieu.


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.

mardi 5 octobre 2021

Octobre

Automne doré, Laurentides, 1921, par Clarence Gagnon (1881-1942)




   Le ciel est tout couvert de nuages marbrés.
   L'écho vibre au lointain comme un bronze d'alarmes.
   Chaque nuit le gel mord les rameaux diaprés,
   Et les feuilles des bois tombent comme des larmes.

   Il vente, il grêle, il pleut. Les lourds torrents gonflés
   Dans les vallons déserts grondent comme les fauves.
   Pour des bords plus cléments les maestros ailés
   Désertent, inquiets, les bosquets demi-chauves.

   Des rayons hésitants tombent comme à regret
   Du sobre firmament sur la terre alarmée...
   Adieu les fleurs ! Adieux les chants sous la ramée !
   Adieu les rendez-vous au bord de la forêt !

   Mais, comme le flambeau divin de l'Espérance
   Fait envoler la nuit de tout cœur douloureux, 
   Le radieux soleil percera de ses feux
   La brume qui dérobe aux yeux l'azur immense.

   Midi flamboie encore, et les pêcheurs, toujours
   Patients, sur les eaux laissent flotter leurs lièges ; 
   Les vieux trappeurs, campés au fond des grands bois sourds,
   Le fusil sous le bras, vont visiter leurs pièges.

   De l'aube jusqu'au soir, sur le sol morne et froid
   Qui berce au vent sapins, ormes, frênes, érables, 
   Retentissent des chocs sinistres, formidables, 
   Où se mêlent des cris de triomphe et d'effroi.

   Ce sont les défricheurs qui causent ces vacarmes :
   Avec le fer brutal ils renversent les fûts
   D'arbres portant jusqu'à l'éther leurs fronts touffus...
   Et les feuilles toujours tombent comme des larmes.

                                        William Chapman (1912)



Tiré de : William Chapman, Les fleurs de givre, Paris, Éditions de la Revue des poètes, 1912, p. 65-66. La série «L'année canadienne», d'où provient le poème ci-haut, a été publiée pour la première fois dans le numéro de janvier 1911 de la Revue canadienne.

Pour en savoir plus sur William Chapmancliquer ICI

De William Chapman, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté: Janvier ; Février ; Mars ; Avril ; Mai ; Juin ; Juillet ; Août ; SeptembreÀ Percé ; L'île d'Orléans ; Sur la tombe de Lucien Turcotte. 


William Chapman (1850-1917)

(Source : BANQ)

Le poème Octobre, ci-haut, est tiré du
recueil  de William Chapman, Les fleurs de
givre
, que l'on peut télécharger
gratuitement ICI

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Dédicace manuscrite de William Chapman à
Jean-Baptiste Caouette dans Les fleurs de givre.

(Collection Daniel Laprès)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

lundi 27 septembre 2021

Complainte des naufragés de l'Ile-aux-Grues (1845)

La Pointe-aux-Pins de l'Ile-aux-Grues, à la hauteur de Montmagny, où,
dans la nuit du 26 au 27 novembre 1845, eut lieu sur les battures
la tragédie décrite dans la complainte ci-dessous.

(Photo : Balise Québec ; cliquer sur l'image pour l'élargir)




         (Fragments)


   C'est à Saint-Jean Port-Joli,
   Cinq hommes se sont embarqués.
   Ils étaient pères de famille
   À Québec voulant aller.
   Vers les quatre heures du soir,
   Vingt-six novembre dernier, 
   Ils embarquent sans le vouloir,
   Chacun craignant le danger. […]


   Le vaisseau cinglant au large
   Sur les vagues découragées,
   Était peinte sur leur visage
   La frayeur est bien tracée.
   Le bateau vogue sur l'onde 
   Toujours prête à submerger.
   Le vent souffle et la mer gronde,
   Tout fait craindre le danger. 

   La pluie qui tombe du ciel 
   Vient encore les affliger ; 
   La nuit sombre de ses ailes
   Les oblige de mouiller.
   Enfin tout l'équipage 
   Est en grande anxiété.
   Il faut chercher un mouillage
   Et nous mettre en sûreté. 

   Le capitaine à la barre
   Regarde de tout côté.
   Souvent il crie à Chouinard :
   Sur le devant faut sonder. 
   La Pointe-aux-Pins qu'on découvre
   Ici il nous faut entrer. 
   Le vent nord'est le bois couvre,
   Nous serons en sûreté. 

   C'était prêt de ce rivage
   Qu'ils havrent pour la nuit
   Pour laisser passer l'orage.
   Peu après le vent calmit ; 
   Ils descendent dans la chambre
   Chacun se changer d'habits.
   Ils font la prière ensemble,
   Croyant bien passer la nuit.

   Vers les onze heures du soir,
   Louison Pelletier leur a dit : 
   Qu'entends-je sur la mer,
   Le vent nord'ouest est-il pris ?
   Babin dont le Capitaine
   Vite sur le pont a monté.
   Il regarde, il examine,
   Voit que le vent est changé. […]

   L'aquilon qui souffle, qui gronde,
   Va toujours en augmentant. 
   La mer qui grossit ses ondes
   Fait mouvoir le bâtiment.
   À chaque lame qui frappe
   Sur le devant du bateau, 
   Voilà le guindeau qui échappe, 
   Va être emporté à l'eau. […] 

   Catastrophe épouvantable,
   Babin se mit à crier. 
   Quel naufrage pitoyable,
   Nous allons bien tous geler.
   Le vent le glace, le saisit,
   Commence à se lamenter :
   Saint Jean, sauvez-moi la vie,
   Plusieurs fois l'a répété. […]

   Après toutes les recherches,
   Ils ne trouvent que deux décédés.
   Enfin ils hâtent leur marche
   Et vont trouver leurs naufragés.
   Nous avons trouvé, dirent-ils,
   Que les corps des deux noyés.
   Toutes nos recherches inutiles,
   Chouinard on n'a pu trouver. 

   Pelletier, Morin dirent encore
   À bord il faut retourner.
   Nous apporterons les morts.
   Chouinard il faut le chercher.
   Mais bien vite dans cette île,
   Tout le monde est informé.
   Chacun cherche sur la rive,
   Trouve Chouinard gelé. 

   On apporte les trois corps
   À la maison de Gagné.
   Hélas ! quel triste sort
   Pour ces trois infortunés.
   Morin fit faire les trois bières,
   Les ensevelit dedans
   Et les porte au presbytère
   En attendant le beau temps. 

   Le digne curé de l'île,
   Toujours plein de charité,
   Les fit entrer dans l'église.
   Sur leurs corps leur a chanté
   Les oraisons funéraires,
   Sur leurs tombes a prononcé :
   Des flammes du Purgatoire
   Qu'ils en fussent tous délivrés.

   Le vent cesse et le froid tombe
   Après onze jours écoulés.
   On traverse les trois tombes,
   Au Sud elles sont arrivées.
   Vous autres épouses chéries,
   Tendres cœurs désolés, 
   Venez recevoir vos maris
   Dans leurs tombeaux renfermés.

   Qui pourrait sans verser des larmes
   Voir les mères et les enfants,
   Tous dans de mortelles alarmes,
   S'écrier incessamment : 
   À vous doux enfants chéris,
   Et encore tendres et badins,
   À peine commence la vie,
   Et les voilà orphelins.

   Pelletier, Morin qui survivent,
   Ne sauraient les oublier.
   Et la douleur la plus vive
   Est dans leur cœur bien gravée. 
   Oh ! vous divine Marie
   Qui les avez protégés,
   Souvenez-vous je vous en prie
   Des malheureux naufragés. 

                   Gabriel Greffard* (1845)



Fragments tirés du Bulletin des recherches historiques, vol. 23, mars 1917, p. 83-86. La complainte, qui n'est que partiellement reproduite ci-haut, contient 37 couplets ; pour en consulter l'entièreté, cliquer sur cette image : 




* Gabriel Greffard est né à Rivière-Ouelle le 22 septembre 1788, de Gabriel Greffard et de Geneviève Rousseau. Le 27 août 1789, son père, alors qui défrichait une terre de trois arpents qu'il avait achetée dans la seigneurie de Rivière-Ouelle, est mort après seulement huit jours de travaux. Le père n'ayant légué que des dettes, la tutelle du bambin Gabriel dut être entérinée par un tribunal (voir dans les documents ci-dessous). 
   Il aurait reçu une éducation plutôt rudimentaire et il n'est pas établi qu'il savait écrire. Il a gagné sa vie comme journalier, en plus d'avoir été domestique pour la famille Letellier, à Rivière-Ouelle. Dans ses Mémoires, l'abbé Alphonse Casgrain (1830-1920), natif lui aussi de Rivière-Ouelle, rapporte que Gabriel Greffard, en plus des complaintes que nous lui connaissons, composait « des chansons du temps des élections ». Selon l'historien Léon Trépanier (qui situe erronément Gabriel Greffard à Saint-Jean-Port-Joli), « Greffard était une sorte de chevalier errant qui vers 1830 rimait les événements de l'époque ». 
  Gabriel Greffard est mort à Rivière-Ouelle, le 4 décembre 1852 et fut inhumé dans le cimetière du village. Il était célibataire.
   Ces données biographiques sont publiées pour la première fois ici-même, puisque les auteurs des ouvrages qui font état de la « complainte » de Gabriel Greffard affirment ignorer les origines de même que les dates de naissance et de décès de son auteur (voir ci-dessous les copies des actes de baptême et de sépulture de la paroisse de Rivière-Ouelle).

   Dans son ouvrage intitulé À travers les Anciens canadiens de Philippe Aubert de Gaspé, l'historien-archiviste Pierre-Georges Roy explique : 

   « M. Pamphile LeMay a longuement parlé des poètes illettrés de sa paroisse natale, Lotbinière. Il a même publié plusieurs de leurs poèmes. Lotbinière n'avait pas le monopole des poètes illettrés. Saint-Jean-Port-Joli a aussi eu les siens. 
   M. l'abbé Casgrain rapporte une conversation qu'il eut un soir à l'hospitalier manoir de Saint-Jean-Port-Joli avec M. de Gaspé
   Nascuntur poetae (« On naît poète »), dit M. de Gaspé ; cet axiome du poète latin est bien vrai. J'ai connu des hommes sans aucune instruction, doués d'un véritable talent poétique, talent grossier, si vous le voulez, mais talent réel. Sous l'enveloppe rustique de leur langage, on découvrait le génie de l'inspiration. 
   Et M. de Gaspé fit connaître à son ami le poète rustique Gabriel Griffard ou Greffard : C'est le poète en vogue de la Côte-du-Sud. Ses complaintes sont chantées dans toutes les paroisses. On se réunit dans les maisons pour le faire chanter ; et plus d'une fois, on a vu son auditoire tout en larmes à la fin de ses complaintes. Il faut que cet homme ait un véritable talent pour produire une telle émotion sur ceux qui l'écoutent ».

   Quand à la Complainte des naufragés de l'Ile-aux-Grues, qui est présentée ci-haut, Pierre-Georges Roy raconte : 

   « Le 28 novembre 1845, une goélette de Saint-Jean-Port-Joli, pesamment chargée de bois de corde, était forcée par la tempête de chercher un refuge à la Pointe-aux-Pins, située à l'extrémité supérieure de l'île aux Grues. Le vent sauta tout-à-coup du nord-est au sud-ouest et la goélette fut jetée à la côte, malgré les efforts de l'équipage pour prendre le large. La secousse produite par l'échouement de la goélette fit rompre un de ses mâts qui s'abattit sur le pont, blessant gravement deux membres de l'équipage. Ces malheureux, incapables de se mouvoir, furent gelés à mort sur le pont de la goélette. 
   Les trois autres marins avaient pu gagner terre. L'un d'eux essaya de se rendre au manoir de l'île, situé à l'extrémité inférieure. Transi par le froid et gêné dans sa marche par ses vêtements mouillés, il tombe à mi-route et fut gelé à mort, lui aussi. 
  Les deux autres marins s'étaient dirigés du côté nord de l'île où se trouvaient toutes les habitations moins le manoir. Ils étaient à la veille de succomber comme leurs compagnons lorsqu'ils furent recueillis par un brave cultivateur, Ignace Côté, qui leur donna tous les soins que réclamait leur état. 
   Les trois marins qui périrent furent le capitaine Babin, le matelot Chouinard et le sieur Anctil, cultivateur de Saint-Jean-Port-Joli. Louis-Toussaint Pelletier et le nommé Morin, qui se sauvèrent, étaient de Saint-Roch-des-Aulnaies
   La consternation fut grande sur toute la rive sud lorsqu'on apprit le naufrage de la goélette du capitaine Babin. Lui et son équipage étaient de respectables citoyens qui laissaient des familles nombreuses. Il n'en fallait pas plus pour exciter la sympathie du poète Greffard et il écrivit ou plutôt composa ― car il n'est pas certain qu'il savait écrire ― une complainte en trente-sept couplets qui se chanta un peu partout sur la rive sud du Saint-Laurent, pendant près de trois-quarts de siècle ». 
(Sources : Ancestry.ca ; Pierre-Georges Roy, À travers les Anciens canadiens de Philippe Aubert de Gaspé, Montréal, G. Ducharme libraire-éditeur, 1943, p. 33-36 ; Gaston Deschênes, Les origines littéraires de la Côte-du-Sud, Québec/Sainte-Foy, Septentrion/Éditions des Trois-Saumons, 1996, p. 12-15 ; Léon Trépanier, « Quand le barde Gabriel Griffard de Saint-Jean-Port-Joli chantait les malheurs qui assombrissaient sa paroisse », La Patrie, Montréal, 30 avril 1950). 


Ces deux ouvrages évoquent la Complainte des naufragés, ci-haut présentée.
Avec de la chance, on peut tomber sur le livre de Pierre-Georges Roy dans 
les librairies d'occasion, mais Les origines littéraires de la Côte-du-Sud, de
Gaston Deschênes, est toujours disponible ; pour informations, cliquer ICI.


Dans le journal La Patrie du 30 avril 1950, l'historien et 
organisateur culturel Léon Trépanier a consacré un long
article pour rappeler le souvenir de Gabriel Greffard (que
toutefois il situe erronément à Saint-Jean-Port-Joli alors
que le barde était plutôt de Rivière-Ouelle). 
Pour consulter ce texte, cliquer sur cette image : 


Acte de baptême de Gabriel Griffard daté du 22 septembre
1788 dans le registre de la paroisse de Rivière-Ouelle. On
y lit que Greffard est né le même jour.

(Source : Ancestry.ca ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Acte de sépulture de Gabriel Greffard daté du cinq décembre 
1788 dans le registre paroissial de Rivière-Ouelle. On y lit
que Greffard est mort le jour précédent.

(Source : Ancestry.ca ; cliquer sur l'image pour l'élargir) 


Gabriel Greffard est devenu orphelin de père alors qu'il était âgé 
de moins d'un an. Sa tutelle dut être entérinée par les 
autorités judiciaires. Pour consulter le document du greffe
de la Cour, cliquer sur cette image : 




Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.