jeudi 14 juin 2018

Le Ruisseau

Clara Lanctôt (1886-1958)
(Source : son recueil Visions d'aveugle)




   Parmi les fleurs et la mousse
   Là-bas, sous les verts sapins,
   On entend une voix douce
   Aux sons purs et cristallins.

   Frais bijou de la nature,
   Aimable petit ruisseau,
   Tu mêles ton gai murmure
   Aux joyeux chants de l'oiseau.

   Quand tout vibre en la nature,
   Sous le souffle du printemps,
   Quand les fleurs et la verdure
   De nouveau parent les champs,
  
   On entend ta voix qui chante
   La chanson du renouveau,
   Et la brise caressante
   Qui vient sillonner ton eau.

   Enivré de ton murmure,
   L'oiseau, sur les rameaux verts,
   D'une voix suave et pure
   Entonne de gais concerts.

   Mirant dans ton flot qui passe
   Ses beautés et sa fraîcheur,
   Sous le feuillage, avec grâce,
   Se berce la tendre fleur. 

   Quand pâlit la teinte rose,
   Le soir sur le firmament,
   Et que doucement repose
   Le bois odoriférant,

   Sous un dôme de verdure,
   On entend chanter toujours
   Ton eau claire qui murmure
   En suivant son léger cours.

   Reste là pour me sourire,
   Lorsque mon front est rêveur ; 
   Ami, j'aime à te redire
   Tous les secrets de mon coeur.

   Va dans ta course rapide,
   Sans souci de l'avenir,
   Mais, dans ton onde limpide,
   Apporte mon souvenir. 

              Clara Lanctôt* (1912)


Tiré de : Clara Lanctôt, Visions d'aveugle, Québec, 1912, p. 10-11.

* Clara Lanctôt est née à Hull le 15 juillet 1886, de Thomas Lanctôt, journalier, et de Justine Arvisais. À la suite d'une rougeole, elle perdit la vue et s'inscrivit le 4 septembre 1895 à l'Institut Nazareth de Montréal. Elle y apprit le braille et parvint à terminer son cours, obtenant son diplôme supérieur en juin 1906. À l'Institut Nazareth, elle avait éggalement étudié, sous la direction d'Arthur Letondalle piano, l'orgue, le chant et l'harmonie, et obtint un baccalauréat de piano. 
   De retour dans sa famille, elle enseigna le piano jusqu'en 1925. Elle revint l'année suivante à l'Institut Nazareth, où elle donna des cours de musique (piano) jusqu'en 1940. Elle composa également des mélodies musicales.
   Entretemps, elle s'adonna à la poésie et reçut, en 1927, un prix de composition en poésie de la Société littéraire du Québec. Elle publia des poèmes dans divers périodiques sous son nom de plume de Fleur d'ombre, de même que deux recueils de poésies, Visions d'Aveugle (1912) et Visions Encloses (1930). 
   Elle se retira au début des années 1940 au Foyer Rousselot pour aveugles, à Pointe-aux-Trembles (dans l'est de Montréal), mais continua à faire partie du corps enseignant établi et dirigé par l'Institut canadien des aveugles. Elle donna aussi des leçons de piano à domicile jusqu'en 1954. 
   Elle est décédée le 5 mai 1958 à l'hôpital Saint-Vital, à Montréal. 
(Source principale : Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec, tome 2, Montréal, éditions Fides, 1980, p. 1164). 

Pour en savoir plus sur Clara Lanctôt, cliquer ICI.
Une page Facebook lui a été consacrée par un membre de sa famille ; voyez ICI

Visions d'Aveugle, recueil de Clara Lanctôt,
d'où est tiré le poème Le ruisseau, ci-haut.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Clara Lanctôt, vers 1920.
(Source : Georges Bellerive, Brèves
apologies de nos auteurs féminins
)

Pierre tombale de Clara Lanctôt et de
sa famille au cimetière Notre-Dame, à
Gatineau. (Source : Réseau du Patrimoine
de Gatineau et de l'Outaouais
).