vendredi 1 décembre 2017

Légende des guérets

Zéphirin Mayrand (1843-1918)
(Source : Gerbes d'automne, 1906)



       Rigaud, site enchanteur, est fier de sa montagne, 
       D'un sol luxuriant et de ses verts bosquets ; 
       Pèlerins, visitez cette belle campagne : 
       N'oubliez pas de voir la pièce de guérets.

       En cheminant non loin des pieux sanctuaires,
       Le visiteur découvre avec étonnement
       Un rectangle onduleux formé de grosses pierres,
       Dont les rangs dénudés s'étalent tristement. 

       On dirait que jadis la Nature ingénue
       Dans la glèbe pierreuse a creusé des sillons
       Alignés sous le soc de sa large charrue,
       Pour faire ombre au tableau des verdoyants vallons.

       La pièce de guérets : tel est le nom vulgaire
       Que l'on donne à ce lieu, sombre amas de cailloux ; 
       Séculaires guérets, vous cachez un mystère : 
       Ô vengeance divine ! ici je vois tes coups ! 

       Dans les temps primitifs de la Nouvelle-France,
       Un colon habitait cet endroit montagneux ; 
       Dans le sein de la terre il puisait l'abondance ; 
       Pour lui le Dieu des champs se montrait généreux.

       Comment l'heureux colon va-t-il donc reconnaître
       La bonté de Celui qui donne le froment ?
       Bien loin de le servir, il veut agir en traître,
       En foulant à ses pieds son doux commandement. 

       Il cultivait le sol les dimanches et fêtes ; 
       La grand'messe pour lui, c'était du temps perdu ; 
       Travaillons ! disait-il, les semailles sont prêtes ; 
       Il labourait alors : l'oeil de Dieu l'avait vu. 

       La charrue allait mal, l'attelage de même : 
       Le laboureur fâché, la rage dans le coeur, 
       Comme un démon vomit un terrible blasphème : 
       Tout à coup ! plus de sol... des cailloux... cri d'horreur ! 

        Un gouffre se creusa, dessous le misérable : 
        Tout ce qui l'environne en est comme interdit ; 
        Homme, charrue et boeufs, dans l'abîme insondable
        Tout est précipité : c'est le champ du maudit. 

        Appliquez votre oreille à cette pierre aride : 
        Vous pourrez percevoir... comme un bruit caverneux ; 
        C'est l'écho du maudit englouti dans le vide ; 
        Leçon pour les chrétiens : n'insultez pas les Cieux. 

                                   Zéphirin Mayrand* (1903)


Tiré de : Zéphirin Mayrand, Gerbes d'automne, Montréal, 1906, p. 91-93. 

* Zéphirin Mayrand a pratiqué la profession de notaire. Il était le père du journaliste Oswald Mayrand

Pour en savoir plus sur la légende des Guérets de Rigaud, cliquer ICI

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Les guérets de Rigaud, surnommés le « Champ de patates », 
au début des années 1900. (Source : Gustave Lamarche, c.s.v., 
Le collège sur la colline : petit historique du collège Bourget
Rigaud, Éditions de l'Écho de Bourget, 1951, p. 187 ; 
cliquer sur l'image pour l'agrandir).

Vue d'une partie du « Champ de patates» de Rigaud.
(Photo : Daniel Laprès, 2011 ; cliquer sur l'image pour l'agrandir).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire