samedi 22 août 2020

L'île d'Orléans

L'île d'Orléans, joyau du Québec.

(Source : Patrimoine culturel du Québec)




   Près du Montmorency dont la vague au galop
   Plonge entre les parois d'un grand cap qui chancelle,
   L'Île, large oasis qui sommeille sur l'eau,
   Ainsi qu'une émeraude au soleil étincelle. 

   Des arbres, l'entourant comme d'un frais manteau,
   Y bercent les oiseaux par milliers sous leur aile,
   Et, mirant dans les flots l'angle de leur tourelle,
   De coquettes villas en ornent le coteau. 

   C'est un lieu ravissant, un éden minuscule
   Où, pour fuir les chaleurs de l'âpre canicule,
   Les Québecois s'en vont le dimanche s'asseoir.

   La légende a toujours poétisé cette île ;
   Et l'on dit que souvent sur son talus fertile
   Les mânes des Hurons apparaissent le soir. 

                           William Chapman (1882)



Tiré de : William Chapman, Les feuilles d'érable, Montréal, Typographie Gebhardt-Berthiaume, 1890, p. 179-180.

Pour en savoir plus sur William Chapman, cliquer ICI

De William Chapman, les Poésies québécoises oubliées ont également publié : À Percé.


William Chapman (1850-1917)

(Source : BANQ)

Le sonnet L'île d'Orléans, ci-haut, est tiré
du recueil Les feuilles d'érable, de William
Chapman, que l'on peut télécharger ICI.


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Dédicace manuscrite de William Chapman dans son recueil
Les fleurs de givre et adressée au poète, romancier et
journaliste Jean-Baptiste Caouette.

(Collection Daniel Laprès)


Sur l'île d'Orléans, thème du sonnet de William 
Chapman ci-haut, on lira avec profit et plaisir le 
Voyage autour de l'île d'Orléansd'Hubert
 LaRue, l'un des plus beaux et  captivants écrits 
sur cette île mythique du Québec, mais qui n'a 
étonnamment jamais été réédité depuis sa parution 
dans la revue Les Soirées canadiennesen 1861. 
On peut télécharger gratuitement ce texte 
en cliquant sur cette image : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire