jeudi 12 octobre 2017

La maison de mon rêve

Ulric-Louis Gingras (1894-1954)

(Source : Troisième centenaire
trifluvien
, 1934, p.167) 



   
   Telle une blonde almée en son psyché s'admire,
   La maison de mon rêve, au bord de l'eau se mire. 
   Simple, avec ses carreaux anciens, ses clairs auvents,
   Elle semble n'avoir aucun souci des ans.
   Un jardinet l'entoure, assez grand pour qu'une âme
   Puisse y cueillir, au soir, le parfum dont se pâme
   La fleur du songe éclos au chant du souvenir. 
   La fenêtre regarde au loin vers l'avenir...
   Et, jonché des lilas qu'éparpille la brise,
   Le seuil, où la fraîcheur d'avril s'amenuise,
   Écoute au loin passer les grands troupeaux meuglants
   Que l'on mène, dès l'aube, aux pâtis verdoyants. 

   Et, c'est là, sous ce toit, bleu de clarté dissoute,
   Dans ce décor champêtre où chaque instant ajoute
   Au charme d'être ensemble un bonheur sans détour,
   Que je voudrais, parfois, dans le calme du jour, 
   Vivre de la beauté fugitive des choses,
   Du songe aux cent couleurs, que mes paupières closes
   Abritèrent jadis, comme une vision,
   Et dont je garde encore l'étrange illusion,
   Afin de mieux comprendre, au cours de l'existence,
   La douceur d'un foyer qu'anime une présence. 

                                   Ulric-Louis Gingras* (1933)



Tiré de : Ulric-L. Gingras, Du soleil sur l'étang noir, Montréal, Éditions Albert Lévesque, 1933, p. 71-72.

*  Joseph-Aldéric dit Ulric-Louis Gingras est né à Saint-David-de-l'Auberivière le 12 janvier 1894, de Ferdinand Gingras, journalier, et de Joséphine Lambert. Il fit ses études primaires à l'école du village et ses études secondaires au Collège de Lévis.
   Agent d'assurances pendant quelque temps, il obtint en emploi d'inspecteur des aliments et drogues à Montréal, puis fut muté en 1920 à Trois-Rivières, où il demeura jusqu'à sa retraite en 1940. Il revint alors s'établir à Québec.
   Délégué général au Québec de la Ligue d'Union latine, membre de la Jeune Académie de France et de la Société des Poètes canadiens-français, dont il fut plusieurs fois lauréat, il remporta en 1934 le prix de l'Ordre latin de France et le prix de poésie Archon-Despérouses de l'Académie française. Il fut également, la même année, lauréat des Jeux floraux de Tunisie, dont il reçut la première médaille d'honneur. Il a collaboré aux journaux Le Bien Public et Le Nouvelliste, de Trois-Rivières.
  Il a publié trois recueils de poésies : La Chanson du Paysan (1922) ; Les Guérets en Fleurs (1925) et Du Soleil sur l'Étang noir (1933).
   Ulric-Louis Gingras est mort à Québec le 24 décembre 1954. Il avait épousé Jeanne Turgeon le 10 juillet 1916.
(Sources : Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, tome 2, Montréal, Fides, 1981, p. 205-206 ; Troisième centenaire trifluvien, édition 1934 de l'Almanach trifluvien, 1934, p. 167).


D'Ulric-L. Gingras, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : Nocturne (cliquer sur le titre).



Bois gravé de Rodolphe Duguay accompagnant le poème "La maison de mon rêve",
dans le recueil Du soleil sur l'étang noir, d'Ulric-Louis Gingras, p. 71. 

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)

Du soleil sur l'étang noir, recueil d'Ulric-L. Gingras
d'où est tiré le poème La maison de mon rêve, ci-haut.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)

Dédicace d'Ulric-Louis Gingras dans son
recueil Du soleil sur l'étang noir 

(Collection Daniel Laprès)


Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire