samedi 11 janvier 2020

Madel

Joseph-Charles Taché (1820-1894)

(Source : BANQ)



                        ÉLÉGIE VILLAGEOISE 


   Dans les champs qui chez nous bordent le cimetière,
   Souvent on voit errer la pauvre Madelon ; 
   Elle cueille des fleurs, pour orner une bière
   Qui dans le froid sépulcre entraîna sa raison. 

   Mais elle a conservé son grand œil noir qui brille
   Et de ses beaux cheveux le massif ondoyant ; 
   Sa voix est toujours douce, et sa taille gentille
   Se balance dans l'air comme un saule pliant. 

   Quand on l'entend chanter à travers la prairie,
   Tout chacun qui chemine s'arrête pour la voir
   Et, la suivant des yeux, on dit : ― Qu'elle est jolie !
   Dans son esprit, hélas ! fera-t-il toujours soir ?

         Lorsqu'elle était petite,
         À la maison qu'habite
         Sa pauvre mère en pleurs,
         On eut dit que la fortune
         Avait à Madel la brune
         Promis toutes ses faveurs.

   Et puis quand vint l'adolescence
   Succéder aux jours de l'enfance, 
   Que ses parents étaient joyeux !
   Autant que belle elle était bonne ;
   Oh ! que de fois à la Madone
   Nous l'avons vue faire des vœux !

          Soudain, en son âme, 
          Une douce flamme
          Répand la langueur :
          Gloire du village,
          Paul, si beau si sage,
          A touché son cœur. 

   Bientôt brilla de l'hyménée
   L'heure si chère à des amants : 
   Heureux instants, sainte journée,
   Témoins bénis des doux serments ! 

   Chacun disait dans son langage,
   Du couple uni devant l'autel : 
   ― De qualités, quel assemblage !
   C'est un contrat écrit au Ciel.

   De leurs amours, succès étrange,
   Nul être ne se fit jaloux :
   Il semblait que, dit par un ange,
   Pareil décret plaisait à tous.

   Bien du monde était à l'église, 
   Car ce fut jour de grand émoi,
   Où le promis et la promise
   S'étaient venus donner leur foi. 

   Pour aller du marié trouver la maisonnette
          Il fallait passer par l'eau :
   Le suivant et Madel, Paul et la bachelette
          Occupaient un bateau. 

   On voyait de partout flotter sur la rivière
          Des canots pavoisés : 
   Chansons de batelier, refrains de batelière
          Fêtaient les épousés.

   C'était trop de bonheur ! Dans sa course joyeuse,
          Un bateau chavira.
   De tous les villageois la troupe généreuse
          Vite au secours vola. 

   On s'empresse : un, deux, trois sont retirés de l'onde ;
          Mais l'autre a disparu.
   Une âme des vivants vient de quitter le monde :
          Le bon Paul a vécu ! 

   Dans le cristal de l'eau, dans le courant qui coule,
          Madel fixa les yeux...
   Puis dit, en regardant étrangement la foule : 
          ― Que mon Paul est heureux !

   Vers un monde meilleur, de la chère innocence
          L'esprit s'est envolé,
   Sans chagrins désormais, de son Paul elle chante
          Le bonheur révélé. 

   À quelques jours de là, le funèbre cortège
          Conduisait un cercueil : 
   Dans ses habits de noce aussi blancs que la neige,
          Madel suivait le deuil.

   Elle semait des fleurs sur le drap mortuaire
          Qui couvrait ses amours.
   Mon Dieu ! Qu'elle était belle, en portant Paul en terre,
           Dans ses chastes atours ! 

   À peine d'ici-bas, depuis, dans la chapelle,
           Ou dans le lieu de paix, 
   Chaque jour elle vient, dispose et renouvelle
           Les bouquets qu'elle a faits ! 

   Dans les champs qui chez nous bordent le cimetière,
   Souvent on voit errer la pauvre Madelon ;
   Elle cueille des fleurs pour orner une bière
   Qui, dans le froid sépulcre, entraîna sa raison !

                             Joseph-Charles Taché (1864)



Tiré de : Revue Les Soirées canadiennes, quatrième année, Québec, Brousseau & Frères Éditeurs, 1864, p. 5-9. 

Pour en savoir plus sur Joseph-Charles Taché, cliquer ICI

De Joseph-Charles Taché, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : Taquineries poétiques au « comité de la pipe »


L'élégie villageoise Madel, ci-haut, de
Joseph-Charles Taché, est tirée du
quatrième volume (1864) de la revue
littéraire Les Soirées canadiennes, que
l'on peut télécharger gratuitement ICI.

Madel est simultanément paru dans le
numéro de janvier 1864 du Journal de
l'Instruction publique
, que l'on peut
également télécharger ICI.


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Joseph-Charles Taché fut non seulement un
important personnage politique du XIXe
siècle québécois, mais également un homme
de lettres, comme en témoigne son ouvrage
Forestiers et voyageurs, que l'on peut se
procurer dans toute bonne librairie. Pour
plus d'informations, cliquer ICI.


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

On peut se procurer dans toute bonne librairie
cet excellent ouvrage biographique sur Joseph-
Charles Taché par Michèle Bertrand. Pour
plus d'informations, cliquer ICI.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire