samedi 3 avril 2021

Le jour de Pâques

« La Résurrection du Christ », chef d'œuvre de Raphaël (1483-1520)

(Source : Wikipedia)




                          "Resurrexit sicut dixit".

                          "Ubi est, mors, victoria tua ?...
                          "Ubi est, mors, stimulus tuus ?"


   Il a dormi deux jours ! Un silence sublime
   Enveloppe et sa mort et l'indicible crime
            Dont l'homme s'est couvert.
   Mais, à la voix de Dieu, la pierre est renversée ;
   Les soldats sont vaincus ; la garde est dispersée ;
            Le sépulcre est ouvert ! 

   Quand l'aurore a paru, quelques femmes pieuses
   Se rendent au saint lieu, tristes, silencieuses,
            Pour embaumer le corps. 
   Mais celui qu'on a vu chargé d'ignominie,
   Rachetant l'univers même au prix de sa vie,
            N'est plus parmi les morts ! 

   Un messager du ciel annonce son absence ;
   Pourtant, on doute encore ; on hésite, on avance,
            En effet, l'ange est seul ! 
   Assis, calme et serein, rayonnant de lumière,
   Et tout vêtu de blanc, il est là sur la pierre,
            ... Près de lui, le linceul !

   Ô mort, c'en est donc fait ! L'innocente victime
   Que tu vis immoler même à côté du crime
             A brisé ton pouvoir.
   Fuis devant ce vainqueur que l'amour seul anime !
   Hâte-toi de rentrer au fond du noir abîme
             Cacher ton désespoir. 

   N'as-tu pas entendu ce lugubre murmure,
   Lorsque le Créateur a vu sa créature
             Le vendre et le trahir ?
   N'as-tu pas entendu la plainte de la terre
   S'élever contre toi quand ta main sanguinaire
             Venait pour le saisir ?

   N'as-tu pas vu le ciel refuser sa lumière,
   Quand ton pied décharné montait sur le calvaire
             Où tu devais finir ?
   Tu contemplas le Christ de ton regard livide,
   Et tu crus un moment que ton bras déicide 
             Pouvait le retenir ?

   Et là, tu lui donnas ton baiser de vampire,
   Et tu pensas pouvoir prolonger ton empire
             Par un dernier effort ;
   Tu voulus te glisser avec lui dans la tombe ;
   Mais ici, plus d'espoir, car ta puissance tombe ;
             Le Christ est le plus fort !

   N'as-tu pas entendu des voix dans la vallée,
   Depuis le Golgotha jusques en Galilée,
             Proclamer sa grandeur ?
   Ô mort ! ne vois-tu point les gardes effrayés
             Fuyant de toutes parts ou tombant foudroyés
             À l'aspect du Sauveur ?

   Le Seigneur s'est levé comme une jeune aurore,
   Mais plus resplendissant et plus brillant encore
             Et bien plus radieux ! 
   Comme on voit un soleil dominer la colline,
   L'Homme-Dieu s'est levé dans sa gloire divine
             Mais plus majestueux ! 

   Il est ressuscité ! Puis, selon sa parole,
   Ses disciples l'ont vu ; lui-même les console
             Et leur parle longtemps.
   Il leur dit l'avenir, il leur dit les tempêtes
   Qui devront s'élever et gronder sur leurs têtes
             Dans la suite des temps !

   Il est ressuscité ! Voilà que son Église
   Se trouve pour toujours sur son pouvoir assise
             Et brave les enfers ! 
   Comme un aigle qu'on voit s'élancer dans l'espace,
   Elle prend son essor et jamais ne se lasse
             De remplir l'univers.

   Il est ressuscité ! C'est pour montrer à l'homme
   Que jamais ne pourra s'écrouler un royaume
             Sous son sceptre divin ! 
   Et de sa propre bouche il abandonne à Pierre
   L'édifice sacré dont la première pierre
             Fut mise de sa main ! 

   Il est ressuscité ! Des voix dans la vallée,
   Depuis le Golgotha jusques en Galilée,
             Redisent dans leur chant : 
   Ô mort ! Fuis du vainqueur la victoire sublime,
   Hâte-toi de rentrer au fond du noir abîme,
             Jésus est triomphant ! 

                            James Donnelly* (Aylmer, 16 avril 1862)



Tiré de : Journal de l'Instruction publique, Montréal, Avril 1862. Il est à souligner que James Donnelly était âgé de 17 ans au moment de la composition de ce poème, qui parut également dans : Yolande Grisé et Jeanne d'Arc Lortie s.c.o, Les Textes poétiques du Canada français 1606-1867, volume 9, Montréal, Fides, 1996, p. 492-494.

Le docteur J. K. Foran sur James Donnelly : 

« Ayant fait un cours complet d'études, il devient à tour de rôle instituteur, maître-chantre, journaliste, chroniqueur, poète et partout et en tout temps un peu bohème. [...]  Esprit actif et nerveux, il lui semblait toujours impossible de rester en place : une main puissante le poussait sans relâche à la dérive sur l'immense fleuve de la vie. Un jour, je lui demandais pourquoi il n'écrivait pas des vers anglais, et voici ce qu'il me répondit : "Je dois tout ce que je possède aux Canadiens-français ― ma vie, mon instruction, et même mon pain quotidien  et ne serait-ce que par reconnaissance, si j'ai quelque chose à léguer à mon pays, je veux que la littérature canadienne-française en soit l'héritière" ». 

Pour en savoir plus sur James Donnelly, Irlandais de naissance adopté en 1847 par une famille canadienne-française de Saint-Laurent-de-l'île-d'Orléans, voyez le volumineux dossier sous son poème Où vont donc nos années ? 

De James Donnelly, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : Adieu à 1865.


Le poème Le jour de Pâques, ci-haut, de James Donnelly, a été
publié pour la première fois dans le numéro d'avril 1862 du 
Journal de l'Instruction publique

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Le poème Le jour de Pâques, de James Donnelly,
a été publié de nouveau en 1996 dans le tome 9
des Textes poétiques du Canada français

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire