mercredi 10 février 2021

Homère en balade à Québec

Alonzo Cinq-Mars (1881-1969)

La tour du Parlement de Québec, dans laquelle fut fondée,
en 1923, la Société des poètes canadiens-français, dont 
Alonzo Cinq-Mars était l'un des cinq membres fondateurs.

(Photo d'Alonzo Cinq-Mars : Fonds d'archives du Séminaire
de Québec au Musée de la civilisation du Québec)




   Dans les enfers, le grand poète Homère
   Tout récemment se prit d'ennui soudain
   Et résolut de revenir sur la terre. 
   Avec son luth, il se mit en chemin,
   Comme jadis, en mendiant son pain,
   Et parcourut la contrée homérique.
   Personne, hélas ! dans sa patrie antique,
   Ne reconnut Homère en ce vieux sec
   Qui tristement apprit que, dans l'Attique,
   On ne voit plus de véritable Grec.

   D'autres pays où le monde révère
   Le souvenir du poète divin
   Virent passer sans intérêt ce hère
   Qui vainement cherchait partout au loin
   Un Grec qui le reconnaîtrait enfin. 
   Un jour pourtant, une voix ironique
   Lui conseilla, sur un ton sarcastique : 
   « Passez les mers, rendez-vous à Québec
   « Hors de Québec, l'Athènes d'Amérique,
   « On ne voit plus de véritable Grec ». 

   Il vint ici, ce pauvre débonnaire, 
   Cherchant longtemps dans notre ville, en vain,
   Et ne trouvant que peine et que misère. 
   « Pour voir un Grec, dit un cocher malin,
   « Il faut aller au restaurant du coin ». 
   Hélas ! l'endroit que le cocher indique
   N'est simplement qu'une sale boutique
   Où l'on ne vend que du mauvais bifteck.
   Triste et confus, il sortit sans réplique.
   On ne voit plus de véritable Grec. 

            ENVOI 

   Prince immortel de l'âge poétique,
   Que viens-tu faire en notre monde inique ?
   C'est t'exposer à un lamentable échec
   Que de chercher des Grecs du temps épique : 
   On ne voit plus de véritable Grec.

                      Alonzo Cinq-Mars (Québec, juin 1920)



Tiré de : Alonzo Cinq-Mars, De l'aube au midi, Québec, Édition de la Tour de Pierre, 1924, p. 114-115.

Pour en savoir plus sur Alonzo Cinq-Mars, voyez la notice biographique et les documents sous son poème Illusion

La ballade Homère en balade à Québec, ci-haut,
est tirée du recueil d'Alonzo Cinq-Mars, De
l'aube au midi
, publié par les éditions de la Tour
de Pierre, qui rappelle la tour du Parlement de
Québec où fut fondée en 1923 la Société
des poètes canadiens-français dont Alonzo
Cinq-Mars est l'un des cinq fondateurs.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Alonzo Cinq-Mars vers l'âge de 60 ans, tel qu'il 
parait dans Journalistes, écrivains et artistes
d'Albert LabergePour consulter le portrait 
que Laberge rédigea sur Cinq-Mars, 
cliquer sur la photo : 


Alonzo Cinq-Mars était non seulement poète et journaliste, il fut également sculpteur. 
Il exécuta notamment une série de médaillons à l'effigie de poètes et écrivains d'ici. 
Un an avant son décès, un album dans lequel plusieurs de ces médaillons sont
reproduits a été publié. En guise de préface, le grand poète Alfred Desrochers
y signe ce sonnet en hommage à son ami Alonzo Cinq-Mars.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Journal L'Action catholique, Québec, 15 décembre 1958.

Procurez-vous l'un des quelques exemplaires encore disponibles 
de Nos poésies oubliées, un volume préparé par le concepteur 
du carnet-web des Poésies québécoises oubliées, et qui présente
100 poètes oubliés du peuple héritier de Nouvelle-France, avec
pour chacun un poème, une notice biographique et une photo
ou portrait. Pour se procurer le volume par Paypal ou virement 
Interac, voyez les modalités sur le document auquel on accède
en cliquant sur l'image ci-dessous. Pour le commander par
VISA, cliquer ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire