mardi 3 mai 2022

Les fleurs de Berthier

(Source : Madame Gin)




   Revenez, revenez, marguerites des champs,
                 Suaves roses du parterre,
   Et vous, tendres œillets qui ravissez les sens,
                 Apparaissez à la lumière ; 
   Car Flore vous invite à composer sa cour,
                 Écoutez son chant d'allégresse.
   Qui plus que vous a le droit de contempler le jour ?
                 N'en ferez-vous pas la richesse ?

                 Ici tout est calme et serein,
                 Et de la coupe d'ambroisie
                 Qu'un ange tient dedans sa main
                 S'échappe une fleur de vie.
                 Au ciel chaque plante sourit
                 Et puis se tresse une couronne ; 
                 Et dans sa joie elle bénit
                 La sagesse qui la lui donne.

                 En cet agréable séjour
   Fleurissez, fleurissez ; ne craignez pas l'orage
                 Lorsque l'hiver a eu son tour.
   Poète téméraire ! ah ! pourquoi ce langage...
                 Ne séduisez-vous pas toujours ?
   Qu'importe la saison ! ô fleurs ! vous êtes reines
                 Aux plates-bandes du jardin.
   Le vent a beau souffler, ses plus froides haleines
                 Ne glacent point votre matin.

                 Brillez à l'éclat de l'aurore,
                 Brillez à l'étoile du soir,
                 Et que l'écho répète encore : 
                 « Qu'on est heureux de les revoir ! »
                 Que d'amants sècheront leurs larmes
                 Au tendre aspect de vos couleurs.
                 Croyez-moi, vos parfums, vos charmes,
                 Hélas ! guériront bien des cœurs. 

   N'êtes-vous point ces fleurs, filles de mon village, 
                 Aux plus beaux jours de leur printemps,
   Que les Muses, l'Amour comblent de leur hommage,
                 En un pieux enchantement. 
   Plus pures que les lys, plus belles que les roses,
                 En vos attraits, en vos vertus,
   Laissez-moi vous ranger parmi les saintes choses
                 Et leurs plus nobles attributs. 

                                   Charles Lévesque (6 mai 1852)



Tiré de : Yolande Grisé et Jeanne d'Arc Lortie s.c.o., Les textes poétiques du Canada français, volume 5, Montréal, Fides, 1992, p. 165-166. Le poème est originellement paru dans l'édition du 6 mai 1852 du Moniteur canadien.

Pour en savoir plus sur Charles Lévesque, voyez la notice biographique et les documents sous son poème Le poète malheureux (cliquer sur le titre).

De Charles Lévesque, les Poésies québécoises oubliées ont également présenté : Bienfaits ; Pour le coucher d'un enfant ; Matinée poétique : le rossignol (cliquer sur les titres).


Charles Lévesque (1817-1859), auteur du poème présenté ci-haut, 
repose au cimetière de Sainte-Mélanie, dans la région de Lanaudière.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir. Photo : Daniel Laprès, octobre 2021)

Le poème Les fleurs de Berthier, ci-haut, 
de Charles Lévesque, est tiré du volume 5
des Textes poétiques du Canada français.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)



Parlant de nos poètes d'antan et oubliés, l'écrivaine Reine Malouin
(1898-1976), qui a longtemps animé la vie poétique au Québec, a 
affirmé que sans eux, « peut-être n'aurions-nous jamais très bien 
compris la valeur morale, l'angoisse, les aspirations patriotiques, 
la forte humanité de nos ancêtres, avec tout ce qu'ils ont vécu, 
souffert et pleuré ». 

Les voix de nos poètes oubliés nous sont désormais rendues. 
Le concepteur de ce carnet-web a publié l'ouvrage en deux 
tomes intitulé Nos poésies oubliées, qui présente 200 de
de nos poètes oubliés, avec pour chacun un poème, une
notice biographique et une photo ou portrait. Chaque  
tome est l'objet d'une édition unique et au tirage limité. 
Pour connaître les modalités de commande de cet 
ouvrage qui constitue une véritable pièce de collection
cliquez sur cette image : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire