samedi 14 avril 2018

Saint-Hétrette qu'on est épais !...

Illustration d'Albert Chartier accompagnant le poème
Saint-Hétrette qu'on est épais ! dans le numéro de
juillet-août 1938 du magazine Can-Can.  
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)




   On est canayen 
   Ou ben on l'est pas !
   C'est l' 24 juin
   Qu'on s'aperçoit d' ça !

             * * *

   On s'promène dans la rue
   Et tout ému,
   On admire les "guidounes",
   Les marchands d'ballounes,
   De sifflets, d'pétards,
   De drapeaux et d'étendards ! 
   C't'une atmosphère de fête,
   Pis d'mal de tête.
   Nos élégants poteaux
   Sont pleins d'drapeaux.
   Tout l'monde est dehors,
   Les conducteurs de chars,
   Les ronds-d'cuir, les facteurs,
   Les épiciers, les "groceurs", 
   Les scieux d'bois,
   Les marchands d'p'tits pois,
   Les charrieux d'eau,
   Pis un tas d'bozos !
   Y-z-ont à leurs trousses,
   Comme des pois en gousse,
   Toute une marmaille
   Qui s'chamaille,
   Et s'barbouille le front
   À coup d'suçons !

             * * *

   Pis c'est la procession
   Du p'tit mouton !
   R'gâre don' Josée
   C'est la police montée...
   Oh ! l'beau capitaine!...
   Les grosses bedaines
   De nos "as de pique"...
   V'là not' éch'vin...
   Y-a-t-y l'air fin!...
   Les chars allégoriques ; 
   Les p'tits soldats
   Qui sont pas d'bois ; 
   Les beaux cadets
   Dret comme des piquets ; 
   Ceux qui portent les haillons 
   Du régiment d'Carillon...
   Pomme-pomme-paspomme!...
   Tiens, v'là la fanfare
   De Saint-Édouard...
   R'gâre le gros bonhomme!...
   Tiens, v'là mon oncle Jos!
   Mon Dou, si y'a chaud !...
   [...]
   Pis c'est l'ptit Batisse suant,
   Avec son mouton bêlant!...
   Et le rêve est terminé.
   Tout s'efface...
   La garde d'une race
   A passé.
   Dans un nuage de gloire,
   Une race de poires,
   Le visage épanoui,
   Se ré-aplaventrit.
   Pi on r'tourne se gaver d'sodas,
   D'pinottes, pi d'chocolats !

             * * *

   Et puis c'est l'soir
   Du grand jour de gloire !
   Tout l'monde s'amène
   Au Parc Lafontaine.
   Des orateurs bedonnants,
   Au milieu d'un grand silence
   Jettent les mots vibrants : 
   "...survivance...
   "Race qui n'veut pas mourir...!"
   Y faut en rire
   Si on veut pas pleurer ;
   On a ben plus l'air, madoué,
   D'une race de morts-nés
   Qu'on a négligé d'enterrer !
   Dans l'air enthousiasmé,
   C'est les pétards, les fusées,
   Les pluies d'lumières,
   Les feux, les éclairs...
   Tout' un peuple sus son derrière,
   R'garde, le nez en l'air !
   [...]

          Louis B. Champagne* (1938)


Tiré de : Magazine Can-Can**, Montréal, juillet-août 1938, p. 6.

On ne connaît que peu de choses sur Louis Beaugrand-Champagne, sauf qu'il est né en 1915 et est mort le 30 avril 1991 (voir notice nécrologique ci-dessous), et qu'il a longtemps été impliqué dans diverses activités de type littéraire et culturel, d'abord comme participant au journal étudiant du Collège Jean-de-Brébeuf durant les années 1930, de même qu'à titre de membre du conseil d'administration de la troupe de théâtre Les Compagnons de Saint-Laurent et de divers autres organismes et institutions. Enfin, il était le gendre de J. J. Joubert, fondateur de la laiterie du même nom qui était bien connue à l'époque. 

Le numéro de juillet-août 1938 du
magazine Can-Can, d'où est tiré le
poème satirique de Louis B. Champagne,
Saint-Hétrette qu'on est épais !

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

** Le magazine Can-Can a été fondé en décembre 1937 par le dessinateur Albert Chartier (qui créa notamment Onésime) et son ami Marcel Tessier (sur lequel il nous a été impossible de trouver des informations ―il ne s'agit pas de l'historien du même nom―, sauf qu'il était président des Publications Lafayette sous l'égide desquelles paraissait Can-Can). Ayant existé de novembre 1937 à février 1939, ce mensuel fit paraître quatorze numéros et a pu compter sur plusieurs collaborateurs de prestige, dont Gratien Gélinas, Louis Francoeur, Jovette Bernier, Ernest Pallascio-Morin et Robert Choquette. On a notamment dit (voir ICI) que Can-Can s'inspirait du magazine New Yorker


Note manuscrite de Marcel Tessier, co-fondateur, dans le
premier numéro du magazine Can-Can, et qui se lit ainsi :

« Première copie originale - sortie des presses de "Printing
Service Ltd", le mercredi 3 décembre 1937 à 6:15 p.m.
Marcel Tessier, prés.
Les Publications Lafayette Ltée
».
(Collection Daniel Laprès ; cliquer sur l'image pour l'agrandir) 

Notice nécrologique,
 Le Devoir, 1er mai 1991.